La CRE doute de l'intérêt du projet de connexion gazière Midcat

mercredi 15 juin 2016 10h13
 

PARIS, 15 juin (Reuters) - L'utilité du projet Midcat de nouvelle interconnexion gazière entre la France et l'Espagne reste à démontrer au regard de son coût élevé, estime la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dans un rapport publié mercredi.

Défendu par le transporteur français de gaz naturel TIGF et par l'italien Snam, son principal actionnaire, ainsi que par l'espagnol Enagas, ce projet "coûterait près de trois milliards d'euros (dont plus de deux pour la partie française) pour créer des capacités représentant jusqu'à 15% environ des consommations de gaz en France et en Espagne", relève le régulateur.

Or, souligne la CRE, "un certain nombre de conditions doivent être réunies pour qu'un projet aussi coûteux puisse être lancé sans faire peser un risque trop important sur les consommateurs espagnols et français", et ce au vu notamment de la stabilité de la demande et de la surcapacité existante sur le marché du gaz.

Le régulateur veut dans un premier temps s'assurer qu'il existe un besoin du marché pour une telle infrastructure et que tout ou partie de son coût peut être financé par les réservations de capacités des acteurs de marché.

"Si le résultat de l'appel au marché est négatif, ce qui est probable dans le contexte actuel, la décision de lancer le projet ne saurait être prise sans études coûts-bénéfices solides", souligne la CRE.

La commission ajoute qu'elle "veillera à éviter que les consommateurs de gaz et d'électricité ne soient exposés à des coûts considérables pour construire des infrastructures dont l'utilité pour la construction du marché européen et la sécurité d'approvisionnement n'aurait pas été démontrée".

Le régulateur fixe les tarifs des réseaux de transport et contrôle les investissements des sociétés en charge de leur gestion, ce qui lui donne de fait le pouvoir d'orienter leurs décisions.

Le rapport de la CRE :

bit.ly/1Q3CsHx

(Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)