** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

lundi 13 juin 2016 07h54
 

PARIS, 13 juin (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en baisse lundi à l'ouverture, à l'image des nets replis de l'Asie et de Wall Street, dans un contexte d'inquiétudes grandissantes au sujet de la conjoncture mondiale et des conséquences d'une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 0,9% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,8% et le FTSE à Londres 0,4%.

La Bourse de Tokyo plongeait de plus de 3% dans les derniers échanges, sous le coup de la fermeté du yen et du recul des cours du pétrole qui pèse sur le compartiment de l'énergie.

L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) perd 1,7%, soit sa plus forte baisse en un repli depuis le 5 avril. Cela porte à près de 3,5% son recul sur les deux dernières séances.

Malgré la publication d'indicateurs macro-économiques mitigés, avec un ralentissement de la croissance des investissements en actifs fixes au cours des cinq premiers mois de l'année en Chine, les marchés actions (-1,2%) perdent moins que nombre d'autres places dans la région.

Ces statistiques chinoises sont les dernières d'une série montrant que l'économie mondiale tourne au ralenti malgré des années de politique monétaire ultra-accommodante suivie par grandes banques centrales.

La Réserve fédérale américaine, la Banque d'Angleterre, la Banque nationale suisse (BNS) et la Banque du Japon (BoJ) réunissent cette semaine leurs comités de politique monétaire. Un statu quo est attendu partout étant donné la prudence de rigueur avant les résultats du référendum de 23 juin organisé en Grande-Bretagne pour déterminer du futur du pays au sein de l'Union européenne.

Deux sondages dont les résultats ont été rendus publics samedi prédisent une issue incertaine pour le référendum.

Vendredi, la Bourse de New York avait fini en baisse de quelque 1%, sous le coup notamment du plongeon des valeurs pétrolières dans le sillage de la rechute des cours du brut, mais aussi, de manière plus générale, en raison d'incertitudes entourant la hausse des taux aux Etats-Unis et la possibilité d'un "Brexit".   Suite...