Brésil-Rousseff propose un référendum sur une élection anticipée

vendredi 10 juin 2016 15h49
 

BRASILIA, 10 juin (Reuters) - Dilma Rousseff a proposé vendredi l'organisation d'un référendum sur une éventuelle élection présidentielle anticipée si elle échappe à la procédure de destitution qui la vise.

"Nous devons consulter la population pour reconstruire le pacte constitutionnel qui a été rompu par la procédure de destitution", a dit la présidente dont les fonctions ont été suspendues.

Selon le code électoral brésilien, l'élection présidentielle doit être organisée tous les quatre ans. La prochaine est prévue pour 2018, mais la constitution brésilienne ne contient aucun article visant l'organisation d'élections anticipées.

Un certain nombre d'observateurs jugent toutefois qu'il s'agirait d'une solution pour sortir le pays de la crise politique.

En proposant d'organiser une élection anticipée si elle retrouve le pouvoir, actuellement détenu par son vice-président Michel Temer, Dilma Rousseff cherche à faire basculer dans son camp des sénateurs pour l'instant indécis et grappiller la poignée de voix dont elle aura besoin pour gagner le procès en destitution qui l'attend au mois d'août, expliquent des analystes.

Plus d'un quart des Brésiliens ont une mauvaise opinion du gouvernement Temer et une majorité d'entre eux souhaitent une élection anticipée cette année, montre un sondage publié cette semaine. L'étude d'opinion montre également que près des deux tiers des Brésiliens veulent voir aboutir la procédure de destitution ouverte à l'encontre de Dilma Rousseff. (Anthony Boadle,; Nicolas Delame pour le service français)