Volkswagen soupçonné d'avoir détruit des documents en Allemagne-presse

mercredi 8 juin 2016 20h42
 

FRANCFORT, 8 juin (Reuters) - La justice allemande enquête pour tenter de déterminer si des salariés de Volkswagen ont détruit des données susceptibles de nuire à l'entreprise une semaine avant que celle-ci ne reconnaisse devant les autorités américaines avoir faussé les résultats de tests anti-pollution, rapportent mercredi plusieurs médias allemands.

Les chaînes de télévision NDR et WDR et le quotidien Süddeutsche Zeitung précisent que le parquet de Brunswick, en Basse-Saxe, a déclaré avoir entamé des investigations sur le sujet.

Le bureau du procureur de Brunswick n'était pas joignable dans l'immédiat mercredi soir et Volkswagen s'est refusé à tout commentaire.

Selon les médias allemands, la destruction de données compromettantes s'est étalée sur une semaine environ avant que la direction juridique du groupe automobile n'ordonne aux salariés de conserver toutes les informations susceptibles d'être liées à une procédure judiciaire visant la société.

Une partie des données concernées a été sauvegardée sur des supports externes et restituée ultérieurement aux enquêteurs, ajoutent-ils.

"Pour l'instant, les enquêteurs ne supposent pas qu'une grande quantité de données ont été perdues, pas suffisamment pour compromettre ou retarder les investigations sur le diesel. Mais cela ne peut être affirmé avec certitude pour l'instant", a déclaré un porte-parole du parquet de Brunswick cité par ces médias.

Volkswagen a inscrit dans ses comptes un total de 16,2 milliards d'euros de provisions pour couvrir le coût de la modification de plusieurs millions de véhicules. Il a conclu un projet d'accord amiable avec la justice américaine mais reste menacé d'amendes et de poursuites aux Etats-Unis.

(Jan Schwartz; Marc Angrand pour le service français)