USA-Les mauvais chiffres de l'emploi, aubaine pour les émetteurs

vendredi 3 juin 2016 17h53
 

NEW YORK, 3 juin (IFR) - La faiblesse inattendue du marché de l'emploi américain en mai a remis en question l'hypothèse d'une prochaine hausse des taux de la Réserve fédérale, ce qui pourrait laisser le champ libre à une nouvelle série d'émissions obligataires sur le marché américain, estimaient des banquiers vendredi.

Le marché de la dette semble ainsi devoir être l'un des rares à bénéficier des chiffres décevants publiés par le département du Travail, dont celui de la création de 38.000 emplois seulement en mai, contre 164.000 attendus.

Ces statistiques signifient en effet que la Fed ne pourra probablement pas envisager de relever ses taux dans un avenir proche, donc que les coûts de financement resteront très faibles plus longtemps qu'estimé jusqu'à présent.

"Le chiffre de l'emploi est décevant quel que soit la manière dont on le décortique mais il va retarder la Fed, ce qui donne au marché (obligataire) une raison de monter", résume un responsable de stratégie crédit.

Les traders estiment désormais à 38% la probabilité d'un relèvement des taux de la Fed en juillet, contre 59% avant la publication du rapport mensuel sur l'emploi.

"Tout le monde parle du Brexit, de la hausse des taux et des élections américaines mais désormais, c'est sur l'économie que l'on tire la sonnette d'alarme", a dit un banquier spécialisé dans le marché de la dette.

Pour un autre professionnel, "c'est un élément positif pour les émetteurs, c'est certain".

"Je pense que les gens qui auraient pu les retarder ou éviter la semaine prochaine à cause de la Fed vont relancer leurs projets", a-t-il ajouté.

Le mois de mai a été marqué par un montant record d'émissions obligataires, à 177 milliards de dollars, et 19 milliards supplémentaires de titres en catégorie "investment grade" ont été mis à prix sur les trois premiers jours de juin.

L'un des banquiers interrogés a dit s'attendre à 20 à 25 milliards d'émissions la semaine prochaine. (Hillary Flynn; Marc Angrand pour le service français)