France-Des communes en guerre contre les compteurs "intelligents"

mardi 21 juin 2016 13h38
 

* Craintes pour la vie privée et les onde-électromagnétiques

* Enedis et GrDF démentent tout problème

par Claude Canellas

BORDEAUX, 21 juin (Reuters) - Le mouvement de protestation contre les compteurs d'énergie "intelligents" prend de l'ampleur en France, où des communes prennent des arrêtés s'y opposant pour des raisons de protection de la vie privée et de crainte des ondes électro-magnétiques.

Les opérateurs des réseaux de distribution Enedis (ex-ErDF) pour les Linky et GrDF pour le Gazpar, deux outils permettant notamment aux clients de mieux maîtriser leur consommation, sont amenés à convaincre les élus des 191 communes qui y font barrage qu'ils font fausse route, d'autant que l'installation de ces compteurs répond à une obligation européenne.

Pour le compteur Linky, il s'agit de remplacer 35 millions de compteurs électriques classiques d'ici 2021, tandis que 11 millions de Gazpar doivent être installés d'ici 2022.

Un des porte-parole de la contestation est Stéphane Lhomme, qui dirige l'Observatoire du Nucléaire et est conseiller municipal de Saint-Macaire (Gironde), première commune à avoir voté des résolutions contre les compteurs.

Saint-Macaire a depuis pris des arrêtés municipaux à l'unanimité, toutes couleurs politiques confondues, et les communes récalcitrantes sont prêtes à saisir les tribunaux administratifs pour obtenir gain de cause.

"La question des ondes magnétiques est sensible. Il faut comprendre qu'à terme ce sont deux à trois compteurs communicants par logement et tout un tas d'appareils pour relayer les informations (...) qui vont être installés dans les rues de nos communes pour rediffuser ces informations", déclare Stéphane Lhomme à Reuters.   Suite...