Les banques grecques vont rester exclues du refinancement de la BCE-sces

mercredi 1 juin 2016 19h58
 

FRANCFORT/VIENNE, 1er juin (Reuters) - Les banques grecques ne pourront probablement pas bénéficier à nouveau dès cette semaine des financements sans intérêt distribués par la Banque centrale européenne (BCE) en raison de l'impasse des discussions entre la Grèce et ses créanciers internationaux, ont déclaré à Reuters des sources proches du dossier.

Les banques grecques, qui dépendent des coûteuses liquidités d'urgence fournies par l'institut de Francfort, espéraient que le conseil des gouverneurs de la BCE, qui se réunit jeudi, déciderait d'accepter à nouveau en garantie la dette d'Etat de la Grèce.

Cela leur aurait permis d'avoir à nouveau accès aux opérations de refinancement hebdomadaires de la BCE, qui permettent aux banques d'obtenir des liquidités à taux d'intérêt nul.

Comme la dette souveraine de la Grèce est classée en catégorie "spéculative" ("junk"), la condition pour que la BCE fasse une exception à ses principes et accepte ces titres en garantie est que les autres pays de la zone euro jugent qu'Athènes respecte les conditions qui lui sont imposées en échange de l'aide internationale.

Mais l'absence d'accord entre le gouvernement grec et les créanciers du pays sur les mesures supplémentaires réclamées à Athènes pour bénéficier d'une tranche d'aide supplémentaire rend toutefois peu probable que la BCE accepte de nouveau les titres de dette souveraine grecque en garantie des liquidités qu'elle distribue toutes les semaines, ont dit les sources.

Selon l'une de ces sources, la BCE pourrait changer de position une fois que les pays de la zone euro auront donné leur accord au versement d'une nouvelle tranche d'aide à la Grèce.

Une réunion technique entre pays de la zone euro devrait avoir lieu la semaine prochaine pour préparer un Eurogroupe des ministres des Finances, l'instance de décision, dans le courant du mois de juin.

La BCE a refusé de s'exprimer sur le sujet.

Le taux moyen des liquidités d'urgence de la BCE est jugé supérieur d'environ 100 à 150 points de base au principal taux directeur de la BCE. (Balazs Koranyi et Francesco Canepa; Bertrand Boucey pour le service français)