France-Airbus Group visé par une enquête du parquet financier

mercredi 1 juin 2016 19h44
 

PARIS, 1er juin (Reuters) - Airbus Group est visé en France par une enquête sur des faits présumés de corruption d'agents publics étrangers, abus de bien social et recel et blanchiment de ces délits, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, confirmant une information de Mediapart.

Le Parquet national financier (PNF) avait ouvert en mars 2013 une information judiciaire sur des soupçons de rétrocommissions en marge de contrats signés en 2010 entre l'Elysée et le Kazakhstan.

Cette enquête a été élargie en février dernier via un réquisitoire supplétif du PNF, "au vu d'éléments découverts en perquisition", indique cette source.

D'après Mediapart, la décision d'élargir l'enquête a été prise à la suite de perquisitions, le 8 février, aux domiciles de certains dirigeants du groupe.

Plusieurs personnes ont été mises en examen dans ce dossier.

Parmi elles : Jean-François Etienne des Rosaies, ancien préfet et chargé de mission à l'Elysée sous Nicolas Sarkozy, et le sénateur centriste du Gers, Aymeri de Montesquiou, qui a été le représentant en Asie centrale de Nicolas Sarkozy.

Les contrats en question, de près de deux milliards d'euros, comprenaient l'acquisition par le Kazakhstan d'ici 2016 de 45 hélicoptères de l'ex-Eurocopter. La société, dont le site en région parisienne a été perquisitionné en septembre 2015, a jusque-là assuré que ce projet "a été et reste conduit de façon parfaitement légale et appropriée."

Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Airbus Group. (Chine Labbé, avec Cyril Altmeyer, édité par Yves Clarisse)