Adidas remanie et élargit son conseil de surveillance

mercredi 2 mars 2016 18h11
 

NUREMBERG, 2 mars (Reuters) - Adidas a proposé mercredi la nomination à son conseil de surveillance de l'homme d'affaires égyptien Nassef Sawiris et du patron de la holding d'Albert Frère, actionnaires depuis peu de l'équipementier sportif allemand qui changera cette année de numéro un.

Nassef Sawaris et le Groupe Bruxelles Lambert ont pris l'un et l'autre des participations de plus de 5% au cours de l'année écoulée.

Les actionnaires se prononceront le 12 mai prochain sur la nomination de Nassef Sawiris et de Ian Gallienne, l'administrateur-délégué de GBL, pour un mandat de trois ans.

"Les deux candidats non seulement partagent notre point de vue sur les perspectives de croissance du groupe mais apporteront aussi une riche expérience internationale ainsi qu'une large expertise financière et entrepreneuriale au conseil de surveillance", a déclaré le président Igor Landau.

L'action Adidas, en hausse de près de 11% cette année, a fini en repli de 1,95% à 98,88 euros à la Bourse de Francfort, dans un marché allemand en progression de 0,61%. Le numéro deux mondial des articles de sport derrière Nike publie jeudi ses résultats annuels définitifs après avoir déjà communiqué le 11 février des résultats provisoires supérieurs aux attentes des analystes.

Reuters avait rapporté en décembre que Nassef Sawiris s'était entendu avec l'investisseur américain Mason Hawkins pour tenter de susciter des changements et influencer la stratégie des entreprises dans lesquelles ils investissent, y compris Adidas dont Mason Hawkins détient 3% du capital.

Adidas a décidé en janvier de nommer Kasper Rorsted, le patron du groupe de produits de grande consommation Henkel , pour succéder en octobre à Herbert Hainer, aux commandes du groupe depuis 15 ans.

Beaucoup d'actionnaires comptent sur Kasper Rorsted pour apporter un nouveau souffle au groupe bavarois, y compris en cédant peut-être la marque en difficulté Reebok, que Herbert Hainer avait acquise en 2005.

Le conseil de surveillance passera de 12 à 16 membres, le personnel ayant droit de son côté à deux représentants supplémentaires. (Emma Thomasson, avec Victoria Bryan à Berlin et Jörn Poltz à Munich, Véronique Tison pour le service français)