Chine-Moody's abaisse à "négative" la perspective de sa note

mercredi 2 mars 2016 07h45
 

SHANGHAI, 2 mars (Reuters) - Moody's Investors Service a ramené la perspective de la Chine de "stable" à "négative", évoquant les incertitudes quant à la capacité des autorités à mettre en oeuvre des réformes économiques, la hausse de la dette publique et la contraction des réserves de change.

"Sans réformes sérieuses et efficaces, la croissance du PIB de la Chine ralentirait de manière plus marquée, une dette lourde entravant l'investissement des entreprises et l'évolution de la démographie se révélant de plus en plus défavorable. La dette publique augmenterait de manière bien plus nette que nous ne le pensons actuellement", écrit Moody's mercredi.

L'agence de notation s'inquiète non seulement de l'évolution des finances publiques chinoises mais aussi de celle des réserves de change, qui ont diminué de 762 milliards de dollars (702 milliards d'euros) en l'espace d'un an et demi, et elle s'interroge sur la volonté réformiste de Pékin.

"Les interventions sur les marchés boursiers et des changes durant l'année écoulée laissent penser que la stabilité économique et financière est aussi un objectif mais des incertitudes considérables demeurent sur les priorités des autorités", poursuit Moody's.

L'agence a toutefois confirmé la note Aa3, estimant que les réserves de change de la Chine, qui restent considérables, lui donnent le temps de mettre en oeuvre les réformes et de traiter peu à peu les déséquilibres économiques.

Elle ajoute néanmoins qu'elle pourrait abaisser cette note si elle percevait un ralentissement des réformes indispensables à une croissance durable et à une gestion saine des finances publiques.

"Pour l'heure, ce n'est pas encore un signal préoccupant, plutôt une évolution négative; c'est ce que Moody's met en exergue", observe Trinh Nguyen, économiste de Natixis.

"Mais elle (la Chine) a des marges de manoeuvre, ainsi qu'un des rapports de la dette au PIB les plus bas parmi les pays émergents. Surtout, la Chine a un excédent courant et elle peut financer sa propre expansion budgétaire".

  Suite...