La crise des migrants au coeur d'un sommet franco-britannique

mercredi 2 mars 2016 14h35
 

* Le démantèlement du campement de Calais se poursuit

* Séquence européenne autour de la question des réfugiés

PARIS, 2 mars (Reuters) - La crise des réfugiés qui bouleverse l'Europe et, en particulier, le sort des migrants de Calais, où la partie sud du bidonville est en cours de démantèlement, domineront jeudi le 34e sommet franco-britannique à Amiens, dans la Somme.

François Hollande et David Cameron, accompagnés de leurs ministres des Affaires étrangères, de l'Intérieur et de la Défense, se retrouvent pour une journée également placée sous le signe du souvenir, avec une cérémonie marquant le centenaire de la bataille de la Somme. De juillet à novembre 1916, 400.000 soldats britanniques et 200.000 français y trouvèrent la mort.

Dans un contexte international difficile sur le plan sécuritaire, plusieurs textes seront examinés à Amiens sur des questions de défense - avec le projet d'une force expéditionnaire franco-britannique opérationnelle en avril -, de lutte contre le terrorisme et d'immigration.

Sur ce dernier point, la France a constaté "beaucoup de progrès", selon un diplomate, depuis la rencontre de l'été dernier entre les ministres Bernard Cazeneuve et Theresa May, en particulier en matière de surveillance du tunnel sous la Manche et des infrastructures portuaires.

Le renforcement des actions conjointes a permis de démanteler 28 réseaux de trafic d'être humains en 2015 à Calais, le double par rapport à 2014, dit-on de source française. Les migrants ne parviennent pratiquement plus à passer en Grande-Bretagne et la population du camp a été réduite.

Les dernières contributions britanniques, de l'ordre de 50 millions d'euros, ont aussi permis d'améliorer l'accueil des migrants, en particulier des mineurs, massés dans les campements de Calais et de Grande-Synthe, près de Dunkerque.

Le démantèlement de la partie sud du camp de Calais s'est poursuivi mercredi dans le calme, après les incidents survenus la veille entre forces de l'ordre et des militants. Lundi et mardi, 15.000 mètres carrés avaient été démantelés.   Suite...