SALON-Avtovaz-Les changements de management sont chose normale-Ghosn

mardi 1 mars 2016 11h10
 

MOSCOU/GENEVE, 1er mars (Reuters) - Carlos Ghosn a déclaré mardi qu'un changement à la tête d'Avtovaz serait "normal à un certain moment", ajoutant aux spéculations sur un prochain départ du directeur général du constructeur automobile russe, contrôlé par Renault-Nissan .

Reuters a appris de deux sources proches d'Avtovaz que les actionnaires du groupe russe avaient commencé à chercher un remplaçant au directeur général Bo Andersson. Celui-ci pourrait maintenant être remplacé avant la fin de son mandat, qui expire en décembre 2016, probablement lors d'un conseil d'administration prévu au début avril, ont indiqué les sources.

"Ils cherchent un remplaçant mais n'ont trouvé personne pour le moment", a déclaré une des sources. "Il est possible aussi qu'ils le laissent travailler jusqu'à la fin de son contrat."

En réponse à une question sur un éventuel remaniement à la tête d'Avtovaz, Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan, a répondu mardi: "Les rumeurs vont continuer jusqu'à ce que le conseil d'administration décide de tourner la page, ce qui est normal à un certain moment."

"Les équipes de management vont et viennent (....) Bo Andersson occupe ce poste depuis plus de deux ans, c'est un poste difficile, personne ne veut faire cela pour toujours", a-t-il ajouté lors d'une table ronde lors des journées presse au salon automobile de Genève.

Carlos Ghosn a précisé qu'il ne voulait pas relier ce sujet à la situation financière d'Avtovaz.

Un porte-parole d'Avtovaz s'est refusé à tout commentaire.

Le groupe russe a demandé au début du mois de l'aide à ses actionnaires après des pertes record en 2015 et un audit qui a révélé des finances fragiles.

Les interrogations sur le sort de Bo Andersson, évoquées en premier par le quotidien Vedomosti, surviennent alors que les pertes d'Avtovaz ont conduit Renault à déprécier son investissement dans le groupe.

Avtovaz a presque triplé sa perte en 2015 par rapport à celle de 2014 et un audit réalisé par le cabinet Ernst and Young a montré que le passif du groupe dépassait son actif de 67,78 milliards de roubles (761 millions d'euros). (Gleb Stolyarov et Jack Stubbs à Moscou, Gilles uillaume à Genève, édité par Dominique Rodriguez)