Inquiétudes sur l'usage des fréquences libres proches du Wifi

mercredi 24 février 2016 15h11
 

par Harro Ten Wolde

BARCELONE, 24 février (Reuters) - La décision des opérateurs télécoms d'utiliser le spectre de fréquences libres situées sur la même bande passante que les réseaux Wifi suscite des inquiétudes sur les risques d'interférences avec les appareils domestiques connectés.

Pour les opérateurs, qui ont dépensé des milliards d'euros pour acquérir les fréquences 4G LTE sous licence, utiliser le LTE-U, une bande de fréquence libre des 5 GHz également utilisée par les réseaux Wifi, peut être un moyen économique de répondre à l'explosion du trafic des données, en particulier dans la couverture intérieure des bâtiments.

"C'est un peu le Far West en ce moment", a déclaré Todd Mersch, co-fondateur de XCellAir, une start-up spécialisée dans l'usage du Wifi, à l'occasion du salon Mobile World Congress qui se tient cette semaine à Barcelone.

"N'importe qui peut l'utiliser (le LTE-U) et les paramètres changent beaucoup plus rapidement que lorsqu'on utilise le spectre sous licence",

Selon lui, le risque d'interférence peut être cependant évité car seulement environ 15% du spectre Wifi de la bande des 5 Ghz est actuellement utilisé.

La technologie pour utiliser le spectre Wifi dans le cadre d'un usage mobile à grande échelle est toutefois loin d'être au point mais des experts du secteur prévoient son déploiement dans moins de deux ans.

L'opérateur télécoms américain Verizon mène actuellement des tests avec le fabricant de semi-conducteurs Qualcomm. L'an dernier, l'opérateur télécoms allemand Deutsche Telekom a également fait un essai dans la ville de Nuremberg.

Selon Deutsche Telekom, ce test n'a montré aucune interférence en utilisant la technologie connue sous le nom de LTE-Licence Assisted Access (LAA).   Suite...