Le FICC des 12 plus grandes banques d'affaires en baisse de 9% en 2015

lundi 22 février 2016 05h19
 

LONDRES, 22 février (Reuters) - L'activité des 12 plus grandes banques d'affaires mondiales dans les obligations, devises et matières premières (FICC), a baissé de 9% en 2015 par rapport à 2014, en raison des changements de réglementation et des politiques d'austérité, montre une enquête publiée lundi par la société d'analyse de marché Coach.

Le revenu net de la branche FICC de ces 12 établissements pour 2015 s'établit à 69,9 milliards de dollars (62,8 milliards d'euros). Il y a cinq ans, il était encore de 109,9 milliards de dollars.

Huit ans après la crise financière de 2008, les banques ont toujours du mal à s'adapter aux réformes qui requièrent des liquidités et des fonds propres plus importants, dans un contexte d'instabilité des marchés, ce qui entraîne restructurations et plans de licenciements.

L'enquête concerne les groupes BNP Paribas, Société Générale, Bank of America Merrill Lynch , Barclays, Citigroup, Credit Suisse , Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC , JPMorgan, Morgan Stanley, et UBS .

Au total, le produit net bancaire des 12 banques mondiales s'est contracté de 3% l'an dernier, à 160,2 milliards dollars.

Dans les matières premières, le revenu a baissé de 18%, principalement en raison der l'atonie du marché des métaux, ainsi qu'à cause du retour à la normale sur le marché de l'énergie et du gaz après une année 2014 en hausse.

Le produit issu des matières premières, produits dérivés et autres activités du secteur est revenu de 5,6 milliards de dollars en 2014 à 4,6 milliards de dollars en 2015.

En revanche, la bonne tenue des marchés d'actions a permis une hausse de 10% du revenu de cette branche qui comprend notamment les dérivés d'actions, à 49,8 milliards de dollars.

La division IBD, qui comporte notamment les activités de conseil M&A, a enregistré une baisse de 5% de son revenu, à 40,5 milliards de dollars.

Les effectifs des 12 banques ont baissé de 2% par rapport à 2014, notamment pour la branche FICC.

Le rendement des fonds propres (RoE) est en légère baisse, de 9,3% à 9,2%, en raison notamment d'exigences accrues en matière de fonds propres. (Anjuli Davies; Julie Carriat pour le service français, édité par Danielle Rouquié)