May sceptique sur l'investissement chinois dans Hinkley Point - ex-ministre

samedi 30 juillet 2016 13h32
 

par Kate Holton

LONDRES, 30 juillet (Reuters) - Theresa May ne partageait pas l'enthousiasme de son prédécesseur David Cameron pour l'implication financière de la Chine dans le projet de construction par EDF de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point, a confié samedi à la BBC un ancien collègue.

"Quand nous étions au gouvernement (Cameron)", a rapporté l'ex-ministre des Entreprises Vince Cable, "Theresa May a bien fait comprendre qu'elle n'appréciait pas l'approche plutôt enthousiaste que nous avions vis-à-vis de l'investissement chinois."

"Dans mon souvenir, elle avait soulevé à l'époque des objections", a-t-il ajouté.

Le conseil d'administration d'EDF a donné jeudi soir son feu vert à ce projet controversé et la signature du contrat avec le gouvernement de Theresa May devait avoir lieu vendredi mais le nouveau ministre britannique des Entreprises et de l'Energie, Greg Clark, a annoncé à la surprise générale que son gouvernement allait revoir attentivement tous les aspects du projet et rendre sa décision en début d'automne.

Le Royaume-Uni et EDF ont conclu un accord sur le projet Hinkley Point, en Angleterre, en 2013 alors que la participation chinoise a été intégrée deux ans plus tard à l'occasion d'une visite d'Etat à Londres du président chinois Xi Jinping pour célébrer le début d'une nouvelle "période dorée" entre les deux puissances.

A la fin octobre 2015, EDF, son partenaire chinois CGN et le gouvernement britannique ont conclu une série d'accords en vertu desquels l'électricien public français détiendra 66,5% du projet et CGN (China General Nuclear) 33,5%. Le coût de construction des réacteurs est estimé par EDF à 18 milliards de livres sterling (21,3 milliards d'euros environ).

SECTEUR STRATÉGIQUE   Suite...