Constancio (BCE) évoque une hausse de l'inflation fin 2016

vendredi 19 février 2016 15h35
 

NEW YORK, 19 février (Reuters) - La Banque centrale européenne n'a pas encore arrêté de décision pour sa prochaine réunion de politique monétaire le 10 mars mais elle pourrait décider d'agir à nouveau si elle juge que le redressement de l'inflation est retardé, a déclaré vendredi le vice-président de la BCE Vitor Constancio.

Lors d'un événement organisé par Reuters à New York, Vitor Constancio a aussi dit s'attendre à une hausse de l'inflation au second semestre de cette année.

"Le principal pour nous en ce qui concerne nos décisions, ce sont les perspectives d'inflation à l'avenir. Nous ne nous attendons pas à atteindre notre objectif à court terme mais à progresser dans cette direction", a-t-il dit.

"Si la conclusion du conseil des gouverneurs est que cette trajectoire est menacée et que le retard de la normalisation s'amplifie (...) il pourrait décider d'agir", a-t-il ajouté.

L'objectif de la BCE est une inflation légèrement inférieure à 2%. Ses responsables, en premier lieu son président Mario Draghi, préparent les esprits depuis plusieurs semaines à un nouvel assouplissement monétaire le 10 mars.

De son côté, Ignazio Visco, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a déclaré à un journal allemand qu'il pourrait être nécessaire d'agir préventivement si les anticipations d'inflation baissaient trop fortement. Il a toutefois ajouté que la situation était pour l'instant maîtrisée sur ce point.

"Je ne dirais pas que nous observons une chute spectaculaire des anticipations d'inflation pour le moment", a dit Ignazio Visco à Börsen Zeitung. "La situation est maîtrisée."

"Mais nous devons être très prudents: une fois que les anticipations ont trop baissé, il est difficile de les inverser à nouveau", a poursuivi le gouverneur de la Banque d'Italie. "C'est pourquoi il nous faut agir avant que cela ne se produise. Agir préventivement et fortement peut signifier avoir à agir moins fort que si vous agissiez trop tard." (Jonathan Spicer et Tomasz Janowski, avec Balazs Koranyi à Francfort; Bertrand Boucey pour le service français)