Mester (Fed) optimiste, ne prévoit pas de baisse de taux

vendredi 19 février 2016 16h29
 

par Lindsay Dunsmuir

19 février (Reuters) - Les Etats-Unis vont surmonter l'épisode de volatilité qui touche les marchés ainsi que de faibles indicateurs d'activité, mais les taux d'intérêt vont devoir rester faibles encore quelque temps, sans toutefois baisser, a déclaré vendredi la présidente de la Réserve fédérale de Cleveland.

"Mes prévisions actuelles sont que l'économie américaine va surmonter cet épisode de turbulences sur les marchés et le peu de vigueur des indicateurs économiques pour s'ancrer à nouveau dans une croissance modérée", a dit Loretta Mester lors d'une conférence à Sarasota en Floride.

La présidente de la Fed de Cleveland, qui dispose d'un droit de vote cette année au sein du comité de politique monétaire de la Fed, s'attend à ce que les taux d'intérêt soient progressivement relevés, et en aucun cas descendu, tandis que l'inflation devrait retrouver l'objectif fixé par la Fed de 2%, quoi qu'elle risque de rester "basse pour plus longtemps" que prévu.

Ces déclarations placent Loretta Mester en porte-à-faux vis-à-vis d'un nombre croissant d'autres responsables de la Réserve fédérale. Jeudi, le président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard, pourtant lui aussi rangé parmi les "faucons", a estimé qu'il ne serait pas judicieux d'augmenter à nouveau les taux d'intérêt, alors qu'il était auparavant l'un des plus chauds partisans d'une remontée des taux.

L'inflation américaine, actuellement de l'ordre de 1,4%, est en-deçà de l'objectif fédéral de 2% depuis maintenant quatre ans. En janvier, les responsables de la Réserve fédérale américaine ont réfléchi à une modification de la trajectoire prévue pour les taux d'intérêt en 2016, inquiets quant aux conséquences des turbulences financières internationales sur l'économie américaine.

Pour Loretta Mester, une telle inquiétude n'est pas de mise.

Elle a toutefois reconnu que la politique de la Réserve fédérale devrait sans doute rester accommodante "pour quelque temps", étant donnant la faible croissance à l'étranger, le dollar fort, les conditions financières plus restrictives ainsi que l'état du secteur de l'énergie.

Les effets du ralentissement chinois sur l'économie mondiale, mais aussi de l'instabilité des marchés et du bas prix du pétrole doivent également être évalués, mais un changement de prévision serait "prématuré", a-t-elle dit.

Les dépenses de consommation ont entamé l'année "sur une note vigoureuse", a dit Loretta Mester, et elles doivent continuer à être soutenues par le faible coût de l'énergie.

Les décideurs de la Réserve fédérale tiennent leur prochaine réunion les 15 et 16 mars. Les investisseurs ne prévoient pas de remontée du taux directeur cette année, selon une analyse du marché des contrats à terme sur les fonds fédéraux par CME Group. (Julie Carriat pour le serviec français, édité par Bertrand Boucey)