Iran-Airbus presse les banques de surmonter leurs craintes

mardi 16 février 2016 17h14
 

PARIS, 16 février (Reuters) - Un responsable d'Airbus a pressé mardi les banques européennes de surmonter leurs réticences à financer des exportations vers l'Iran par craintes de sanctions américaines, qui freinent la ruée des entreprises du vieux continent vers la République islamique après la levée des sanctions internationales.

Malgré l'appel d'un ministre iranien, qui les invités à revenir dans le pays, les établissements français restent échaudés par l'amende record de neuf milliards de dollars infligée en 2014 par la justice américaine à BNP Paribas pour des violations d''embargo imposé à Téhéran.

Pour des groupes comme Airbus, qui vient de signer un accord pour la vente de 118 avions de ligne d'une valeur de 27 milliards de dollars à l'Iran, l'enjeu des financements est crucial.

Nigel Taylor, responsable des financements chez Airbus, a souligné que les gouvernements européens et leurs agences d'assurance crédit à l'exportation étaient positifs sur une reprise des échanges commerciaux avec l'Iran.

"Avec cette bénédiction, je ne vois pas pourquoi on ne voit que le dos des banques actuellement. N'ayez pas peur !", a-t-il dit lors d'une conférence sur le financement des exportations organisée par les ministères français de l'Economie et des Finances.

La directrice générale de la Fédération bancaire française, Marie-Anne Barbat-Layani, a fait valoir en retour que l'évolution du cadre juridique américain n'était pas encore assez claire et que les banques avaient besoin d'être absolument certaines de ne plus encourir de sanctions.

"Pour l'instant, on n'y est pas", a-t-elle déclaré, "nous avons besoin, nous les banques, pour pouvoir intervenir d'avoir une sécurité juridique complète".

Marie-Anne Barbat-Layani a ajouté qu'il y avait sans doute là matière à développer les financements en euro pour éviter toute infraction au droit américain mais que cela ne suffirait pas. (Michel Rose, version française Yann le Guernigou, édité par Yves Clarisse)