LEAD 1-Anglo American compte céder Kumba Iron Ore, le bénéfice plonge

mardi 16 février 2016 10h34
 

(Actualisé avec déclarations, précisions, contexte, cours de Bourse)

JOHANNESBURG, 16 février (Reuters) - Le groupe minier Anglo American a annoncé mardi qu'il projetait de vendre sa filiale de minerai de fer Kumba Iron Ore dans le cadre d'une vaste refonte stratégique en réaction à la chute des cours des matières premières, qui a lourdement pesé sur ses résultats de 2015, marqués par une chute de 55% du bénéfice opérationnel.

Le directeur général Mark Cutifani a en outre déclaré au cours d'une conférence téléphonique qu'Anglo American prévoyait aussi de sortir complètement du secteur du charbon, "au bon moment, à la bonne valeur".

L'effondrement des cours des matières premières a contraint les grands groupes miniers à vendre des actifs, à passer le dividende et à réduire leurs investissements pour tenter de préserver leur trésorerie et contenir leur endettement.

Anglo American possède environ 70% de Kumba Iron Ore (KIO), la principale mine de minerai de fer en Afrique.

"L'entreprise a engagé une réflexion pour examiner la possibilité de quitter KIO au moment opportun, y compris via une éventuelle cession", a annoncé le groupe minier dans un communiqué accompagnant ses résultats.

Le titre, qui a rebondi de plus de 80% depuis fin janvier, a ouvert en forte hausse à la Bourse de Londres mais il a par la suite basculé dans le rouge et affichait un recul de 7,14% vers 09h30 GMT, plus forte baisse des grandes valeurs européennes du Stoxx600, alors que l'indice européen du secteur minier gagnait 0,09% au même moment.

Anglo American a fait état d'un bénéfice opérationnel de 2,2 milliards de dollars (2,0 milliards d'euros) au titre de 2015 contre 4,9 milliards en 2014, soit un recul de 55%.

Les analystes interrogés par Reuters s'attendaient à une contraction encore plus importante, de 70%, à 1,5 milliard de dollars.

Moody's a abaissé lundi la note de crédit du groupe en catégorie spéculative ("junk"), à Ba3 au lieu de Baa3, en arguant de la détérioration des marchés et des doutes sur sa capacité à réduire son endettement. (Zandi Shabalala; Véronique Tison et Bertrand Boucey pour le service français)