France-Vers une interdiction de certaines formulations du Roundup

vendredi 12 février 2016 22h00
 

PARIS, 12 février (Reuters) - La ministre de l'Environnement Ségolène Royal a demandé vendredi que des dispositions soient prises pour interdire d'ici fin mars la commercialisation de produits phytosanitaires contenant du glyphosate, la molécule du Roundup, le désherbant phare du groupe Monsanto, quand il est associé à certains adjuvants.

Dans un communiqué, elle indique qu'une étude de l'Anses (Agence nationale de sécurité alimentaire et sanitaire) commandée par le ministère a conclu que "les informations disponibles sur les risques du glyphosate seul ne justifient pas, à ce stade, un classement cancérogène probable".

"Mais le mélange du glyphosate avec certains co-formulants, notamment des co-formulants de la famille des tallowamines, peut présenter des risques particuliers pour les utilisateurs du grand public ou du monde agricole", a indiqué l'Anses.

Prenant acte de ces conclusions, Ségolène Royal a demandé à l'agence "de ré-examiner immédiatement l'ensemble des préparations de glyphosate contenant ces co-formulants et l'invite à retirer d'ici la fin du mois de mars les autorisations de mise sur le marché des préparations phytopharmaceutiques contenant ces co-formulants présentant des risques préoccupants."

Le communiqué ne précise pas quelles sont les déclinaisons du Roundup concernées par cette future interdiction.

La ministre de l'Environnement rappelle qu'elle a déjà interdit l'épandage aérien de ce type de désherbants et pesticides ainsi que leur vente en libre service pour les jardiniers amateurs. (Yann Le Guernigou, édité par Guy Kerivel)