Le patron de Société générale prend position contre le "Brexit"

jeudi 11 février 2016 11h33
 

PARIS, 11 février (Reuters) - Le directeur général de Société générale a pris position jeudi en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, redoutant les "turbulences" politiques et économiques que causerait la victoire des eurosceptiques lors du référendum attendu en juin.

"Je ne peux que souhaiter que la Grande-Bretagne reste", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion des résultats annuels de son groupe.

"Je pense que cela [Le Brexit] créerait des turbulences, une situation d'incertitude", a-t-il expliqué, notant que son souhait se justifiait tant sur le plan économique pour sa banque, qu'en raison de ses convictions de "citoyen européen".

Cette première prise de position publique d'une grande banque français contre le "Brexit" intervient alors que la place de Paris redoute que Bruxelles n'accorde des concessions trop avantageuses à la City pour convaincre les Britanniques de rester dans l'Union.

Les banques françaises ont exprimé leur préoccupation à propos du projet d'accord présenté par le président du Conseil européen Donald Tusk pour prévenir un "Brexit".

Dans un courrier à François Hollande et dont Reuters a pris connaissance, Frédéric Oudéa, en tant que président de la Fédération bancaire française (FBF), estime que ce projet "soulève des problèmes majeurs de principe concernant l'intégrité du marché intérieur, la stabilité financière de l'Union européenne et de la zone euro, et l'égalité de concurrence entre acteurs financiers."

"Nous sommes pour le maintien d'une saine concurrence et nous continuerons à plaider pour des clarifications si il y avait des ambiguïtés", a tempéré jeudi le directeur général de la banque au logo noir et rouge.

Les propositions de Donald Tusk doivent être discutées lors du Conseil européen des 18 et 19 février prochains.

voir aussi : * Paris hostile à un traitement de faveur pouf la City * Le "Brexit", un cauchemar plus qu'un rêve pour la place de Paris (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)