LEAD 1-USA-Obama présente un budget "testament" de $4.100 milliards

mardi 9 février 2016 17h52
 

(Actualisé avec publication du projet, déclarations d'Obama, précisions)

par Jeff Mason et David Lawder

WASHINGTON, 9 février (Reuters) - Le président américain, Barack Obama, a présenté mardi un projet de budget 2017 de 4.100 milliards de dollars (3.625 milliards d'euros), le dernier avant son départ de la Maison blanche, qui traduit ses priorités du moment, de la lutte contre l'Etat islamique (EI) à l'aide sociale en passant par l'augmentation de la fiscalité des contribuables les plus riches.

Ce projet pour l'exercice budgétaire qui débutera le 1er octobre prochain peut être lu comme un testament politique à neuf mois de l'élection du prochain président des Etats-Unis. Mais il est peu probable qu'il soit adopté en l'état par le Congrès, contrôlé par le camp républicain.

L'exercice donne néanmoins à Barack Obama une nouvelle occasion de défendre des sujets qui lui tiennent à coeur, de l'éducation à la réforme de la justice, tout en soulignant les réussites économiques de son double mandat.

Le volet dépenses reste dans les limites de l'accord conclu l'an dernier entre la Maison blanche et le Congrès sur la suppression de certaines coupes automatiques dans les dépenses, notamment dans la défense.

"Mon budget prévoit des investissements critiques tout en respectant l'accord budgétaire bipartite que j'ai ratifié l'automne dernier", a écrit Barack Obama dans le document. "Il réduit aussi les déficits et poursuit nos progrès budgétaires par le biais d'économies intelligentes dans la santé, l'immigration et la réforme fiscale."

Le projet prévoit un déficit budgétaire de 503 milliards de dollars pour l'exercice 2017, après celui de 616 milliards attendu pour l'exercice en cours.

A plus long terme, la Maison blanche vise une réduction de 2.900 milliards de dollars des déficits sur dix ans, principalement en supprimant des déductions d'impôts pour les plus riches, en réduisant les dépenses du système public d'assurance santé Medicare et en tablant sur une amélioration de la croissance économique.   Suite...