La Grèce espère achever l'examen de ses réformes fin février

vendredi 5 février 2016 15h25
 

ATHENES, 5 février (Reuters) - La Grèce et ses créanciers internationaux vont s'efforcer d'achever d'ici fin février l'examen des projets de réformes élaborés par Athènes en échange d'une aide financière internationale, a déclaré vendredi le ministre grec des Finances.

La délégation représentant la Commission européenne, le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne et le fonds de sauvetage européen a conclu vendredi une première semaine de discussions avec des responsables grecs à Athènes. Elle devrait revenir en Grèce aux alentours du 15 février.

"Nous concentrons tous nos efforts sur une conclusion de l'examen sur la période du 26 au 28 février", a déclaré Euclide Tsakalotos.

"L'essentiel est que (les créanciers) comprennent les engagements du gouvernement, (...) la position du gouvernement de ne pas réduire les pensions de retraite", a ajouté le ministre des Finances devant la presse.

La Grèce s'est engagée à réduire les dépenses de son système de retraite de 1,8 milliard d'euros, soit 1% de son produit intérieur brut (PIB), en 2016. Pour préserver les retraités ayant déjà subi 11 baisses de leurs pensions depuis 2010, le gouvernement compte augmenter les cotisations sociales des employeurs et des salariés.

Les créanciers ne masquent pas leurs réticences face à cet éventuel alourdissement de la fiscalité du travail.

"La négociation est difficile parce que nous (la Grèce et ses créanciers-NDLR) ne disons pas la même chose", a pour sa part déclaré le ministre grec du Travail, Georges Katrougalos, à l'antenne de la chaîne de télévision Antenna TV.

Des milliers de Grecs ont manifesté jeudi contre le projet de réforme des retraites en dénonçant un risque de basculement dans la pauvreté d'un nombre toujours plus important de retraités.

Le gouvernement grec espère conclure le plus rapidement possible l'examen de ses réformes afin d'ouvrir des négociations sur un allègement de la dette du pays. Sur le plan intérieur, son espoir est de convaincre ainsi les électeurs que les mesures d'austérité endurées depuis six ans ne l'auront pas été en vain, malgré la récession et l'envolée du chômage. (Lefteris Papadimas; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)