La Chine tire l'activité M&A transfrontalière à un pic de 11 ans

vendredi 5 février 2016 12h07
 

LONDRES, 5 février (Reuters) - Les fusions et acquisitions transfrontalière ont atteint un volume de 132,7 milliards de dollars (118,6 milliards d'euros) depuis le début de 2016, en hausse de 31% par rapport à l'an dernier, tirées par les acquisitions chinoises, selon les données de Thomson Reuters.

C'est également un plus haut pour un début d'année depuis 2006.

La société publique ChemChina a proposé mercredi de racheter le groupe suisse de semences et pesticides Syngenta cette semaine pour 43 milliards de dollars, soit la plus grosse acquisition d'une société étrangère jamais réalisée par un groupe chinois, selon ces données.

Mais, globalement, l'activité de fusions et acquisitions (M&A), après son record de 2015, a démarré l'année 2016 plutôt mollement, en baisse de 22% par rapport à la même période de l'an dernier, avec un volume de 241 milliards de dollars.

La chute du pétrole et les inquiétudes sur la croissance en Chine ont pesé sur les marchés en janvier, provoquant des variations erratiques sur l'ensemble des classes d'actifs, susceptibles d'inciter les conseils d'administration à plus de prudence avant de donner leur feu vert aux opérations de M&A.

La volatilité sur les marchés financiers a également freiné les émissions de titres dans le monde, qui ont baissé de 45% par rapport à l'an dernier, à 33 milliards de dollars, soit leur volume le plus bas en un début d'année depuis huit ans.

HSBC s'est hissée en troisième position dans le classement des M&A après avoir conseillé ChemChina pour son opération, derrière Goldman Sachs et JPMorgan. (Anjuli Davies, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)