France-Les retards de paiement des grands groupes s'allongent

jeudi 4 février 2016 16h53
 

PARIS, 4 février (Reuters) - Les retards de paiement des grandes entreprises se sont allongés au second semestre 2015 en France malgré les efforts du gouvernement pour enrayer ces pratiques qui mettent en danger la santé financière des PME et des TPE.

L'indicateur trimestriel du Médiateur des entreprises et de la société Altares publié jeudi fait apparaître que les retards de paiement des 120 plus grands donneurs d'ordres en France, qui étaient revenus à 13,5 jours en moyenne à fin juillet, sont repartis à la hausse pour atteindre 13,7 jours fin décembre.

Et pour 51 d'entre eux, contre 47 à fin juillet, ils dépassent 15 jours.

Fin 2015, le montant des retards des grands groupes atteignait 3,89 milliards d'euros, soit à peine moins que sa moyenne sur douze mois (3,93 milliards).

Cité dans un communiqué, Thierry Millon, responsable des études chez Altares, a déclaré que "quelques groupes ont engagé une vraie démarche de relations fournisseur responsables".

"Mais les mauvaises pratiques de règlement d'autres acteurs fragilisent les PME et, par effet domino, les TPE qui, faute de trésorerie, faute de règlement, ne peuvent honorer un carnet de commandes pourtant en passe de se regarnir", at-il ajouté.

Un classement publié le mois dernier a montré que l'opérateur téléphonique Numericable-SFR restait de loin l'entreprise la plus mal notée par ses fournisseurs en termes de délais de paiement.

En tête de liste des mauvais payeurs figuraient aussi Accor, Casino et Bouygues Telecom.

Les retards de paiement sont à leur niveau le plus élevé depuis dix ans en France par rapport à un régime légal de 60 jours à compter de la date d'émission d'une facture ou de 45 jours "fin de mois".

Leur impact sur la trésorerie des PME et TPE fragilise nombre d'entre elles, un quart des faillites d'entreprises étant liées à des retards de paiement. (Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet)