Draghi-Agir trop tard sur l'inflation n'est pas sans risque

jeudi 4 février 2016 09h29
 

FRANCFORT, 4 février (Reuters) - Le risque d'agir trop tard sur une inflation très faible est plus grand que celui d'agir trop tôt et une attitude attentiste pourrait entraîner une perte de confiance durable, estime Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE).

"Adopter une attitude attentiste et étendre l'horizon de la politique monétaire n'est pas sans risque, à savoir un désancrage durable des anticipations débouchant sur une inflation qui persiste à faiblir", a dit Mario Draghi jeudi, à l'occasion d'une conférence donnée dans les locaux de la Bundesbank, la banque centrale allemande.

"Si cela se produisait, il faudrait une politique monétaire bien plus accommodante pour renverser la tendance", a-t-il poursuivi. "De ce point de vue, le risque d'agir trop tard l'emporte sur celui d'agir trop tôt".

Mario Draghi a ajouté que si la BCE capitulait et en venait à accepter de longs délais pour que l'inflation revienne à l'objectif, soit un petit peu moins de 2%, cela reviendrait à perpétuer la désinflation. (Balazs Koranyi, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraten)