Fischer (Fed)-La volatilité pourrait finir par affecter les USA

lundi 1 février 2016 19h28
 

NE YORK, 1er février (Reuters) - Une poursuite de la volatilité des marché financiers pourrait être un signe de ralentissement de l'économie mondiale, qui aurait des répercussions sur la croissance et l'inflation aux Etats-Unis, a déclaré lundi le N°2 de la Réserve fédérale.

Le vice-président de la Fed, Stanley Fischer, a toutefois prévenu qu'il ne fallait pas tirer de conclusions hâtives étant donné que certaines phases de turbulence sur les marchés financiers ont laissé la première économie mondiale indemne.

"A ce stade, il est difficile de juger des conséquences probables de cette volatilité", a-t-il dit dans un discours prononcé à peine une semaine après que la Fed a maintenu ses taux inchangés, tout en ajoutant qu'elle surveillait de près l'évolution de l'économie mondiale et des marchés financiers.

"Si cette évolution débouche sur un durcissement des conditions financières cela sera un signe de ralentissement de l'économie mondiale qui pourrait affecter la croissance et l'inflation aux Etats-Unis", a-t-il dit. "Mais nous avons vu des périodes de volatilité similaires au cours des dernières années, qui ont laissé peu de traces permanentes sur l'économie." (Jonathan Spicer, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)