Vallourec réduit la voilure, augmentation de capital de 1 md

lundi 1 février 2016 00h52
 

PARIS, 31 janvier (Reuters) - Vallourec, en difficulté en raison de la chute des cours du brut, a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi une augmentation de capital d'un milliard d'euros, à laquelle participeront l'Etat français et le japonais Nippon Steel & Sumitomo déjà actionnaires, ainsi qu'une vaste restructuration de ses activités industrielles.

Cette augmentation de capital du fabricant de tubes sans soudure, utilisés dans les forages pétroliers, sera ainsi assortie de nouvelles mesures de réduction des effectifs en Europe et au Brésil. Le groupe prévoit notamment de réduire ses capacités européennes de 50% ce qui donnera lieu à la fermeture de deux laminoirs en France (Saint-Saulve et Deville), une ligne de filetage (Mülheim en Allemagne) ainsi qu'une ligne de traitement thermique (Bellshill en Ecosse), ce qui se traduira par la suppression de 1.000 emplois supplémentaires.

Ces mesures, qui seront pour l'essentiel mises en oeuvre d'ici fin 2017, doivent permettre au groupe de dégager environ 750 millions d'euros de résultat brut d'exploitation additionnel à compter de 2020.

Afin de renforcer son bilan, le groupe prévoit de procéder à une augmentation de capital d'un milliard d'euros, souscrite pour environ la moitié par Bpifrance et NSSMC, qui auront chacun 15% du capital à l'issue de cette opération. La tranche principale de l'émission sera proposée à 11 euros par action.

L'opération sera pilotée par les banques Rothschild et Goldman Sachs.

Vendredi, le titre avait été suspendue en fin d'après-midi sur une chute de 14,3%, en raison déjà d'informations sur un projet d'augmentation de capital.

L'action Vallourec a chuté de 53% sur le seul mois de janvier, après un recul de 62% en 2015, ramenant sa capitalisation à quelque 550 millions d'euros.

Pénalisé par la baisse des investissements des compagnies pétrolières, Vallourec a vu ses résultats chuter de façon continue au cours des derniers trimestres.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait dit en décembre que des "efforts" seront demandés aux actionnaires de Vallourec en matière de dividendes pour aider le groupe à faire face à la crise de ses marchés. (Jean-Michel Bélot)