Réactions mitigées après l'accord Italie-UE sur les banques

mercredi 27 janvier 2016 12h50
 

MILAN/LONDRES, 27 janvier (Reuters) - Les rendements des emprunts d'Etat italiens se détendaient mercredi et l'action Monte Paschi était en forte hausse au lendemain de l'accord entre le gouvernement de Matteo Renzi et la Commission européenne sur les créances douteuses du secteur bancaire, qui apaise en partie l'inquiétude des investisseurs.

Les valeurs bancaires italiennes ont subi de lourdes pertes ces dernières semaines en raison de la crainte d'un échec des discussions entre Rome et Bruxelles, crainte qui s'est propagée aux marchés de la dette souveraine et du crédit.

Banca Monte dei Paschi di Siena, considérée comme la banque la plus fragile d'Italie, a ainsi perdu plus de la moitié de sa valeur boursière depuis le 1er janvier. Le titre de la banque toscane reprenait 3,41% en fin de matinée.

Les modalités de l'accord annoncé mardi soir sur le traitement des créances douteuses ne sont pas encore connues mais le ministre italien de l'Economie, Pier Carlo Padoan, a déclaré que le dispositif prévu serait "un instrument très utile" qui s'appuierait sur des garanties apportées par l'Etat.

Pour Daniel Lenz, responsable de la stratégie d'investissement de DZ Bank, "maintenant qu'il y a cet accord, le risque d'une crise bancaire en Italie s'est réduit".

Le rendement de la dette souveraine italienne à dix ans est revenu dans la matinée sous 1,48%, reculant ainsi de trois points de base. L'écart de rendement avec la dette allemand a ainsi été ramené à 112 points, soit 11 points de moins que le pic de près de six mois atteint la semaine dernière.

L'indice des valeurs bancaires italiennes cédait quant à lui 1,85%, effaçant une partie des gains engrangés mardi grâce à l'espoir d'un accord entre Rome et la Commission.

Certains investisseurs, tout en saluant l'annonce de l'accord, soulignent son manque de précision, notamment sur le fonctionnement des garanties publiques dont bénéficieront les tranches senior des prêts qui seront titrisés.

"L'accord est jugé trop compliqué par les investisseurs mais la réalité, c'est qu'il constitue un pas en avant bienvenu et qu'il change la donne à moyen terme", estime Mediobanca dans une note.

Parmi les banques les plus exposées au risque lié aux créances douteuses, Banco Popolare perdait 4,4% et UBI Banca 4,28% tandis que Banca Carige gagnait 1,52%.

(Danilo Masoni et Dhara Ranasinghe,; Marc Angrand pour le service français)