25 janvier 2016 / 10:24 / il y a 2 ans

LEAD 3-"Etape décisive" pour les Rafale en Inde, "progrès" sur les EPR

* Hollande dit que les questions financières seront vite résolues

* Pas de mention d‘une option pour 18 appareils de plus

* La vente de six EPR à l‘Inde conclue d‘ici un an ? (Actualisé avec Dassault § 5)

NEW DELHI, 25 janvier (Reuters) - La France et L‘Inde ont signé lundi un protocole accord pour l‘achat de 36 avions Rafale fabriqués par Dassault Aviation et François Hollande a fait état de progrès importants vers la vente à l‘Inde de six réacteurs EPR.

Les questions financières qui restent à régler dans le contrat Rafale le seront dans les prochains jours, a souligné le président français, au deuxième jour de sa visite en Inde.

Le protocole d‘accord est “une étape décisive pour que l‘Inde puisse acquérir ces avions”, a-t-il déclaré aux côtés du Premier ministre Narendra Modi, selon lequel les problèmes à résoudre le seront rapidement, sans autre précision.

“Il reste des aspects financiers qui seront réglés dans les jours prochains. En avril, c‘était une déclaration, aujourd‘hui c‘est un accord entre nos deux gouvernements de nos deux pays et je suis heureux que la confiance soit au rendez-vous”, a expliqué François Hollande.

Dans un communiqué publié après la conférence de presse, Dassault Aviation “se félicite de l‘avancement de ce dossier et soutient activement les autorités françaises pour finaliser un accord complet sous quatre semaines”.

En visite à Paris en avril denier, Narendra Modi avait annoncé l‘intention de son pays d‘acheter ces appareils “sur étagère” afin de moderniser son armée, le contrat étant estimé à 9,1 milliards de dollars (8,3 milliards d‘euros).

Aucun des deux dirigeants n‘a fait référence à l‘ajout d‘une option pour 18 appareils évoqué la semaine dernière par des sources proches du dossier.

BEAUCOUP DE “PROGRÈS” POUR LA VENTE D‘EPR

La commande remplace un contrat négocié pendant plus de trois ans, portant sur 126 Rafale, comprenant la fabrication de 108 avions en Inde sur laquelle les deux parties n‘étaient pas parvenues à se mettre d‘accord.

Dassault Aviation a annoncé en juillet dernier sa décision de tripler sa cadence de production d‘ici 2018 à trois avions par mois afin de faire face à de nouvelles commandes à l‘export, après avoir engrangé deux contrats d‘un total de 24 avions chacun en Egypte et au Qatar.

L‘action Dassault était en hausse de plus de 3% lundi en fin de matinée après l‘annonce de la signature de l‘accord indien.

En matière de nucléaire civil, la France espère conclure “d‘ici un an” la vente de six réacteurs de nouvelle génération EPR à l‘Inde mais Narendra Modi n‘a pas évoqué le dossier, contesté dans son pays, lors de la conférence de presse.

“Nous avons progressé beaucoup”, a dit François Hollande à propos de ce contrat en attente depuis des années, qui concerne la fourniture de six réacteurs EPR construits par Areva à la centrale de Jaitapur, dans du Maharashtra.

Les négociations ont été ralenties ces dernières années par des questions de prix et la récente annonce de la prise de contrôle par EDF des réacteurs nucléaires d‘Areva.

Narendra Modi a souligné que ces contrats étaient le fruit du “partenariat stratégique” conclu entre l‘Inde et la France, une “amie spéciale” de son pays.

LES “SEMENCES” D‘UN RÉSEAU DE COOPÉRATION

“De la coopération nucléaire aux locomotives, nous plantons les semences d‘un réseau toujours plus serré de coopération entre nos deux pays”, a-il dit.

Alstom a en effet signé lundi à New Delhi un contrat avec la compagnie ferroviaire Indian Railways pour la fourniture de 800 locomotives.

Le groupe français avait annoncé en novembre avoir remporté des contrats d‘un montant total de plus de 3,7 milliards d‘euros, entre autres pour la fourniture de 800 locomotives électriques et des services de maintenance associés.

Le projet prévoit la construction d‘une usine de fabrication dans dans l‘Etat de Bihar.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a quant à lui annoncé que les sociétés françaises doubleraient leurs investissements en Inde pour les porter à dix milliards de dollars (plus de 9 milliards d‘euros) sur les cinq ans à venir, principalement dans le secteur industriel.

Dimanche, la France et l‘Inde ont signé des accords sur le rôle d‘experts et entreprises françaises dans le développement urbain durable, une acquisition d‘EDF dans le secteur des énergies renouvelables, et un partenariat avec le Commissariat à l‘énergie atomique concernant le stockage d‘énergie.

Troisième émetteur mondial de CO2, l‘Inde s‘est engagée dans des projets pharaoniques en matière d‘urbanisation intelligente, d‘énergie “verte” et de transports.

Le pays dépend du charbon pour les deux tiers de ses besoins énergétiques et entend continuer à développer son extraction, tout en promettant d‘accroître la production d‘électricité à base d‘énergies renouvelables. (Sanjeev Miglani, avec Elizabeth Pineau et Julie Carriat à Paris, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below