USA-Les chances d'une récession augmentent à 20% - BofA

vendredi 22 janvier 2016 15h39
 

LONDRES, 22 janvier (Reuters) - Les chances de voir les Etats-Unis tomber en récession au cours de l'année à venir sont passées de 15% à 20%, estime vendredi Bank of America Merrill Lynch, qui estime toutefois qu'une nouvelle grande récession, comme celle subie par le pays entre 2007 et 2009, est "peu probable".

Le courtier a également déclaré que les marchés actions mondiaux avaient effacé 7.800 milliards de dollars (7.210 milliards d'euros) de capitalisation boursière sur les trois premières semaines de 2016, au 21 janvier, ce qui a conduit les investisseurs à placer des quantités d'argent dans des obligations souveraines inédites depuis un an.

Bank of America Merrill Lynch ajoute avoir ramené sa prévision de croissance 2016 pour les Etats-Unis de 2,5% à 2,1%.

"Nous ne pouvons exclure une récession dans l'année qui vient. Des accidents sont toujours possibles et nous sommes préoccupés par l'absence de munitions (...) en cas de choc majeur", écrivent dans une note les économistes Ethan Harris et Emanuella Enenajor.

"Cependant, quand les marchés sont dans un tel état de fébrilité, les intervenants ont tendance à perdre de vue les fondamentaux économiques. A nos yeux, l'économie se porte bien et les risques de récession sont bas."

Les marchés actions à travers le monde ont connu un des pires mois de janvier de leur histoire, les investisseurs ayant été échaudés par la chute des cours du brut, les inquiétudes croissantes concernant la Chine, voire la première hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale en près de dix ans, intervenue en décembre.

Une récession se définit techniquement comme deux trimestres consécutifs de contraction de l'économie. Selon nombre d'économistes, après un PIB en hausse de 3,9% (en rythme annualisé) au deuxième trimestre puis une croissance de 2,0% au troisième, l'économie américaine a connu un coup d'arrêt sur les trois derniers mois de 2015.

Au cours de la semaine, des économistes de chez Citi ont dit que les chances d'une récession mondiale augmentaient. Morgan Stanley, dans un scénario extrême, estime à 20% les chances d'une telle possibilité, Société générale retient pour sa part un ratio d'au moins 10%. (Jamie McGeever, Benoît Van Overstraeten pour le service français)