RPT-LEAD 3-IBM continue de souffrir du dollar fort

mercredi 20 janvier 2016 00h19
 

(Actualisé avec prévisions de résultats 2016, précisions sur la performance boursière)

20 janvier (Reuters) - IBM a annoncé mardi une baisse de 8,5% de son chiffre d'affaires trimestriel, conséquence de la vigueur du dollar et de la faiblesse des dépenses informatiques des entreprises.

L'action "Big Blue" perdait 4,2% à 122,90 dollars dans les transactions hors séance à Wall Street après la publication des comptes. Elle avait touché en séance son plus bas niveau depuis plus de cinq ans à 128,08 dollars.

Le chiffre d'affaires du groupe informatique américain est revenu à 22,06 milliards de dollars (20,21 milliard d'euros) sur la période octobre-décembre, contre 24,11 milliards un an plus tôt. Les analystes financiers prévoyaient en moyenne un CA de 22,02 milliards selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Pour 2016, IBM prévoit un bénéfice d'exploitation par action d'au moins 13,50 dollars, alors que les analystes financiers l'attendent en moyenne à 15 dollars.

IBM réalise plus de la moitié de ses activités en dehors des Etats-Unis, or le dollar américain s'est apprécié de plus de 9% en 2015, amputant le chiffre d'affaires du groupe de quelque sept milliards sur l'ensemble de 2015 et ses bénéfices de 300 millions sur le seul quatrième trimestre, a déclaré le directeur financier, Martin Schroeter, lors d'une téléconférence avec des journalistes.

Le bénéfice net a lui aussi diminué, à 4,46 milliards de dollars, soit 4,59 dollars par action, contre 5,48 milliards(5,51 dollars/action) au quatrième trimestre 2014.

Hors éléments non-récurrents, le bénéfice par action atteint 4,84 dollars, soit trois cents de plus que le consensus.

"Je crois que les investisseurs dans les valeurs technologiques attendent de savoir comment (la directrice générale) Ginni Rometty pourrait changer de cap face au vent contraire auquel sont confrontées les acteurs traditionnels des hautes technologies dans le contexte actuel", a déclaré à Reuters Daniel Ives, analyste de FBR Capital Markets.   Suite...