A Wall Street, les bonus sont plus sélectifs, les M&A en vedette

mardi 19 janvier 2016 20h20
 

par Olivia Oran et Anjuli Davies

NEW YORK/LONDRES, 19 janvier (Reuters) - Les vedettes des activités de conseil en fusions-acquisitions (M&A) de Wall Street devraient recevoir d'importants bonus annuels à la fin du mois mais beaucoup d'autres banquiers risquent d'être déçus, les employeurs cherchant avant tout à maîtriser les dépenses, tout en évitant des défections.

L'activité record de M&A enregistrée en 2015 a constitué l'un des rares points positifs de l'année pour certaines grandes banques, confrontées dans le même temps à la volatilité des marchés, aux craintes liées à la Chine et à la chute des cours du pétrole.

En conséquence, l'évolution des bonus ne sera pas uniforme, d'autant que les employeurs doivent prendre en compte la baisse des revenus du trading, la faiblesse de la croissance de certaines autres activités et le durcissement de la réglementation, en matière de rémunérations notamment.

Ces préoccupations n'entreront sans doute pas en compte dans le calcul des bonus des stars des M&A, chez JPMorgan Chase & Co ou Morgan Stanley, des banques soucieuses de ne pas favoriser les départs vers des "boutiques" comme Centerview Partners ou Lazard, qui ne sont pas soumis aux mêmes contraintes réglementaires.

"Dans certains groupes, on va voir des montants impressionnants cette année, qui reflèteront la vigueur du marché des M&A et traduiront les efforts visant à faire en sorte que les banquiers vedettes restent satisfaits et n'aillent pas voir ailleurs", explique Noah Schwarz, spécialiste du recrutement de dirigeants chez Korn Ferry.

Globalement, la hausse des bonus des spécialistes des M&A devrait se situer entre zéro et 5%, estiment plusieurs sources.

Chez Morgan Stanley, le budget alloué aux rémunérations de la division "Institutional Securities", qui inclut la banque d'investissement et le trading, a été réduit de 17% sur un an, selon des sources.

Chez Citigroup, la rémunération des banquiers est restée globalement stable l'an dernier. Les revenus tirés du conseil en M&A ont augmenté de 16% en 2015 mais ceux de la banque d'investissement ont diminué de 3%.   Suite...