LEAD 1-Adecco abaisse son objectif de marge op à 4,5-5,0%

lundi 18 janvier 2016 08h18
 

(Actualisé avec dividende, croissance organique)

ZURICH, 18 janvier (Reuters) - Adecco, le numéro un mondial du travail intérimaire et des solutions en ressources humaines, a réduit son objectif de marge opérationnelle pour 2016-2020 dans le cadre de ses nouveaux objectifs financiers à moyen terme dévoilés lundi.

Le groupe suisse, qui tient lundi une journée investisseurs, précise viser pour ces cinq années une marge d'Ebita (résultats avant intérêts, impôts et amortissement) de 4,5-5,0% hors éléments exceptionnels.

Son objectif précédent de plus de 5,5% d'ici 2015 avait été ramené en novembre à 5,2% en raison de l'atonie de la croissance en Europe au troisième trimestre.

Le nouvel objectif tient compte de la conjoncture mais Adecco n'en vise pas moins une croissance organique au moins en ligne avec ses principaux concurrents et un taux de conversion du cash-flow opérationnel d'environ 90% en moyenne sur ce cycle.

Dans un communiqué, Adecco confirme sa politique d'un taux de rémunération des actionnaires à hauteur de 40-50% du bénéfice net ajusté et son engagement à payer un dividende au minimum stable.

Le groupe a aussi livré quelques indications sur son quatrième trimestre, précisant avoir réalisé une croissance organique de 5% en octobre et novembre, avec une tendance similaire observée en décembre.

Cette légère accélération par rapport à la croissance organique de 3% au troisième trimestre est due à une légère amélioration en Europe et plus particulièrement en France, alors que la croissance est restée stable en Amérique du Nord.

Le groupe pense avoir atteint son objectif de marge opérationnelle de 5,2% pour l'ensemble de 2015.

"La priorité du groupe est maintenant de mettre en oeuvre les priorités stratégiques au sein de l'organisation et d'améliorer notre croissance par rapport à nos pairs", a déclaré le directeur général Alain Dehaze en ajoutant qu'Adecco continuerait de se donner les moyens de procéder à des fusions et acquisitions. (Michael Shields et Brenna Hughes Neghaiwi, Véronique Tison pour le service français)