France-Macron et Bolloré inaugurent une usine de bus électriques

vendredi 15 janvier 2016 15h28
 

ERGUE-GABERIC, Finistère, 15 janvier (Reuters) - Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a inauguré vendredi la nouvelle usine de fabrication de bus électriques édifiée par le groupe de Vincent Bolloré près de Quimper, destinée à équiper une ligne parisienne de la RATP à partir d'avril 2016.

Après avoir visité le nouveau site, capable de fabriquer 200 "Bluebus" par an et qui a demandé 40 millions d'euros d'investissement, le ministre a salué les trois qualités de l'industriel breton dont ont besoin, selon lui, les entrepreneurs français: "la prise de risque", la capacité à s'inscrire dans le long terme et "l'enracinement, meilleur antidote au cynisme".

"On ne refera pas l'histoire industrielle de notre pays en ayant la nostalgie de ce que nous avons été, ou même la nostalgie de ce que nous n'avons jamais été, mais en prenant des risques", a souligné le ministre, appelant à "investir, innover, parier sur l'avenir".

D'une longueur de 12 mètres et capable de véhiculer chacun une centaine de passagers, 23 Bluebus circuleront dans un premier temps au printemps sur la ligne 341 de la RATP, dans le quart Nord-Est de Paris, inaugurant la première ligne d'autobus 100% électrique d'Europe.

"Ce sera une première étape avant de lancer en 2017 un appel d'offres pour renouveler complètement la flotte en Ile-de-France et partout où on est présent dans le monde", a déclaré à l'issue de la visite de l'usine d'Ergué-Gaberic Elisabeth Borne, présidente de la RATP, qui espère avoir un parc "100% écologique" en 2025, dont 80% de véhicules électriques.

Vincent Bolloré souhaite de son côté s'ouvrir à terme de nouveaux marchés dans le monde, à l'instar du développement d'Autolib, la voiture électrique en auto-partage qui connaît un franc succès en région parisienne et doit s'implanter en 2016 à Rome, Turin et Londres, après avoir déjà conquis Indianapolis aux Etats-Unis.

Résolument confiant dans l'avenir des véhicules électriques, le PDG du groupe Bolloré dit ne pas redoute la menace que pourraient faire peser les prix très bas du pétrole sur le développement des systèmes de propulsion électriques.

"La pollution dans les villes est insupportable, toutes les études le montrent. Toutes les villes sont obligées de passer à des véhicules sans émissions de gaz", a t-il déclaré en marge de la visite, précisant que "tout le sujet, c'est la batterie".

Son groupe a investi trois milliards d'euros depuis vingt ans pour mettre au point la technologie originale des batteries LMP (Lithium Metal Polymère) dites "solides" qui équipent désormais les Autolib, les Bluebus mais aussi les Bluetrams, moitié plus court, qui ont précédé les bus électriques.

D'allure conventionnelle, le Bluebus sera fabriqué dans un nouvel espace de 5.000 m2 au sein du site industriel finistérien de Vincent Bolloré. Il affichera une autonomie de 180 à 250 kilomètres, ce qui représente une journée d'exploitation. (Pierre-Henri Allain, édité par Gilles Guillaume)