La Bourse de Tokyo rebondit péniblement à la mi-séance

vendredi 15 janvier 2016 04h04
 

TOKYO, 15 janvier (Reuters) - La Bourse de Tokyo était en hausse modérée vendredi à la mi-séance, au lendemain d'un nouveau décrochage, après avoir effacé une bonne partie de ses gains initiaux après l'ouverture dans le rouge des Bourses chinoises.

L'indice Nikkei, qui gagnait 2,1% dans les premiers échanges, ne rebondissait plus à la pause de la mi-journée que de 126,27 points, soit 0,73%, à 17.367,22.

Le Topix, plus large, progressait de 10,48 points (0,75%) à 1.417,03.

L'appétit des investisseurs pour le risque reste faible dans un contexte économique mondial morose, même si Wall Street a nettement rebondi jeudi.

"L'extrême volatilité a été la tendance de la semaine et même le rebond encourageant des marchés américains a été accueilli sans grande conviction, ce qui montre à quel point le sentiment des investisseurs semble s'être retourné", a commenté Stefan Worrall, directeur des ventes des actions japonaises chez Credit Suisse.

"L'an dernier, l'envie d'acheter après une baisse était plus marquée et c'est un changement significatif de voir que les marchés observent pour le moment les rallies avec suspicion cette année", a-t-il ajouté.

Kawasaki Heavy Industries a pesé sur la tendance en cédant 5,3% après avoir annoncé le provisionnement d'une perte de valeur de 22,1 milliards de yens (172 millions d'euros) de ses activités de construction navale au Brésil pour la période allant d'avril à décembre.

A l'inverse, Sharp bondissait de 18,35% après des informations de presse selon lesquelles le taïwanais Hon Hai Precision envisagerait d'investir 700 milliards de yens (5,45 milliards d'euros) dans la société japonaise au lieu du maximum de 500 milliards évoqué jusqu'à présent.

Les investisseurs gardaient un oeil attentif sur les marchés chinois, dont les principaux indices étaient à nouveau en baisse d'environ 1,2% vendredi vers 03h00 GMT, malgré la poursuite des efforts de la Banque populaire de Chine pour stabiliser le yuan.

(Bureau de Tokyo; Tangi Salaün pour le service français)