L'inflation pourrait être inférieure à la prévision, dit la BCE

jeudi 14 janvier 2016 14h05
 

FRANCFORT, 14 janvier (Reuters) - L'inflation de la zone euro pourrait être inférieure à la prévision, pourtant déjà revue en baisse, de la Banque centrale européenne (BCE) mais celle-ci a choisi de ne pas utiliser toutes les options à sa disposition lors de sa réunion de décembre, dans le cas où un nouvel assouplissement monétaire s'imposerait ultérieurement, montre le compte-rendu de la réunion publié jeudi.

Des risques liés entre autres aux marchés émergents et aux turbulences géopolitiques continuent de peser sur la croissance dans la zone euro, constate le document, ajoutant que les Etats ne jouent pas encore pleinement leur rôle de soutien à la croissance en termes de réformes et d'assouplissement des politiques budgétaires.

La BCE a abaissé son taux de dépôt à -0,3% à l'issue de sa réunion de décembre et elle a prolongé son programme d'achats d'actifs sur les marchés de six mois, jusqu'en mars 2017, espérant faire remonter l'inflation par le biais d'une augmentation des prêts et de la consommation.

Mais ses décisions ont déçu les marchés, qui tablaient sur des initiatives plus audacieuses face à la faiblesse des anticipations d'inflation, à la chute des cours du pétrole et à la volatilité des marchés émergents.

"Une baisse de 10 points de base du taux de la facilité de dépôt a été jugée peu susceptible d'avoir des effets secondaires négatifs importants et a aussi été jugée comme offrant l'avantage de laisser des marges de manoeuvre pour un ajustement à la baisse supplémentaire si cela se révélait nécessaire", explique l'institution.

"Les risques entourant les perspectives d'inflation IPCH ont aussi été jugés globalement toujours orientés à la baisse", ajoute-t-elle.

La BCE précise que certains membres du Conseil des gouverneurs ont exprimé leur désaccord avec les décisions prises, certains ayant proposé une réduction de 20 points de base du taux de dépôt sans modification du programme d'achats d'actifs.

D'autres ont plaidé pour un assouplissement plus important, certains proposant une augmentation des achats mensuels et une prolongation plus importante.

(Balazs Koranyi; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)