LEAD 2-General Electric envisage de supprimer 765 postes en France

mercredi 13 janvier 2016 14h42
 

* Quelque 6.500 postes menacés en Europe

* Le groupe s'engage à créer 1.000 emplois en France (Actualisé avec Emmanuel Macron §§8 et 9)

PARIS, 13 janvier (Reuters) - Le groupe américain General Electric envisage de supprimer 6.500 postes en Europe au cours des deux prochaines années, dont 765 en France, a indiqué un porte-parole du groupe, confirmant partiellement une information de l'Est Républicain.

Le quotidien de Nancy avait évoqué le chiffre de 830 postes menacés en France, essentiellement en région parisienne, après le rachat de la branche énergie du Français Alstom finalisé début novembre.

Lors d'une réunion au niveau européen mardi, GE a informé les partenaires sociaux qu'il envisageait la suppression de 6.500 postes en Europe au cours des deux prochaines années dont 765 en France, a dit un porte-parole du groupe en France à Reuters.

"C'est un projet, les discussions avec les instances du personnel vont commencer aujourd'hui donc ce projet peut être amené à évoluer", a-t-il souligné.

Les postes concernés sont essentiellement des fonctions support (ressources humaines, juridique, communication).

Les sièges du groupe à Levallois et à la Défense sont concernés mais le site de Belfort, coeur de l'ancienne division énergie d'Alstom, sera épargné.

L'engagement de General Electric à créer 1.000 emplois nets en France au cours des trois prochaines années est quant à lui maintenu, a dit le porte-parole.   Suite...