LEAD 2-Shire met la main sur Baxalta pour environ $32 milliards

lundi 11 janvier 2016 19h12
 

(Actualisé avec commentaires du DG, réaction d'analystes, cours de Bourse)

par Ben Hirschler et Paul Sandle

LONDRES, 11 janvier (Reuters) - Shire Pharmaceuticals , groupe pharmaceutique britannique basé à Dublin, a finalement annoncé lundi le rachat de l'américain Baxalta International pour environ 32 milliards de dollars (29,35 milliards d'euros), une opération qui devrait lui permettre de devenir l'un des leaders mondiaux dans le traitement des maladies rares.

Shire a dû batailler pendant six mois pour convaincre le conseil d'administration de Baxalta de se prononcer en faveur de ce rapprochement. Le laboratoire britannique avait dans un premier temps, en juillet, soumis une offre de 30 milliards de dollars, intégralement en actions, pour tenter de mettre la main sur le spécialiste des traitements des maladies rares du sang, des cancers et des troubles du système immunitaire. Il a finalement été contraint d'ajouter une incitation en cash.

Les actionnaires de Baxalta recevront 18 dollars en numéraire et 0,1482 ADS (American depositary share) de Shire par titre détenu, ce qui donne une valorisation totale de 45,57 dollars par action sur la base du cours du 8 janvier.

Le prix offert représente une prime de 37,5% par rapport au cours de Baxalta du 3 août, de 32,58 dollars, juste avant l'annonce par Shire de son intérêt pour la société américaine.

Lundi, l'action Baxalta perdait 1,97% à 39,22 dollars à la Bourse de New York vers 17h30 GMT et le titre Shire a reculé de son côté de 8,23% à 3.925 pence à la Bourse de Londres.

Shire avait présenté une première offre intégralement en actions dans la crainte que le paiement en partie en numéraire menace le statut d'exonération fiscale dont avait bénéficié la scission de Baxalta de Baxter International réalisée l'an dernier.

Mais le directeur général de Shire, Flemming Ornskov, s'est déclaré convaincu lundi que les 18 dollars de cash aux actionnaires de Baxalta ne remettraient pas en cause ce statut.   Suite...