ENQUÊTE-GB-Hausse des taux au T2, mais Brexit et salaires à surveiller

lundi 4 janvier 2016 16h55
 

4 janvier (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) devrait décider d'une première hausse de ses taux d'intérêt depuis plus de huit ans au cours du deuxième trimestre 2016, comme cela était attendu précédemment, à moins que le manque de dynamisme des salaires ou les risques d'un Brexit ne la poussent à la différer, suggèrent les conclusions d'une enquête Reuters.

La banque centrale britannique relèvera ses taux de 25 points de base à 0,75% d'ici la fin juin, selon le consensus de 48 économistes interrogés par Reuters.

Son taux directeur est ancré depuis début 2009 à un plus bas historique de 0,5%.

Elle devrait le relever une nouvelle fois d'ici la fin de l'année pour le porter à 1,0%, selon cette enquête dont les résultats sont conformes à celles conduites en novembre et en décembre.

"La première hausse de taux de la Fed s'étant déroulée sans encombre, cela devrait donner l'espoir à la BoE qu'un resserrement en Grande-Bretagne se passera bien également", a dit Peter Dixon, économiste de Commerzbank en référence au relèvement de 25 points de base de la Réserve fédérale américaine annoncé le 16 décembre.

Certains économistes estiment cependant que la Banque d'Angleterre pourrait durcir sa politique monétaire plus tardivement et moins rapidement que prévu en raison d'une inflation toujours très inférieure à son objectif d'environ 2% l'an et d'une croissance des salaires qui n'a toujours pas retrouvé les rythmes d'avant le déclenchement de la crise financière de 2008-2009.

Les incertitudes sur l'avenir de la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne pourraient aussi pousser la banque centrale à décaler dans le temps le début du cycle de hausse des taux.

Le Premier ministre David Cameron a promis aux Britanniques un référendum d'ici la fin 2017 sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE. Il a toutefois laissé entendre le mois dernier qu'il pensait pouvoir organiser cette consultation en 2016.

Selon les derniers sondages, environ la moitié des Britanniques sont favorables à une sortie de l'UE.

(Marc Joanny, édité par Wilfrid Exbrayat)