Wall Street ouvre en baisse, pénalisée par le pétrole

mercredi 30 décembre 2015 15h44
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

NEW YORK, 30 décembre (Reuters) - Les marchés actions américains ont ouvert en baisse mercredi, pénalisés comme leurs homologues européens par la rechute des cours du pétrole.

Une dizaine de minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 47,02 points, soit 0,27%, à 17.673,96 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,26% à 2.072,92 points et le Nasdaq Composite cède 0,23% à 5.096,21 points.

Wall Street a clôturé en nette hausse mardi, portée par les valeurs technologiques et le secteur de l'énergie, ce qui a permis au S&P-500 de repasser en territoire positif sur l'ensemble de l'année.

La séance, qui s'annonce peu animée à la veille de la Saint-Sylvestre, sera notamment marquée par la publication des chiffres des promesses de vente immobilières enregistrées en novembre aux Etats-Unis.

La rechute des cours du pétrole pèse notamment sur Exxon et Chevron, qui cèdent autour de 0,7%.

Les opérations de fusions-acquisitions animent également la tendance.

Pep Boys voit son titre céder 2,9%. Le groupe Icahn Enterprises de l'investisseur activiste Carl Icahn a annoncé quelques minutes avant le début des échanges avoir conclu un accord de rachat du distributeur de pièces détachées automobiles pour 1,031 milliard de dollars (942 millions d'euros) en numéraire, après que le fabricant de pneus japonais Bridgestone a jeté l'éponge.

Dans le secteur des semi-conducteurs, Fairchild Semiconductor s'adjuge 3,4%. Le groupe californien, cible d'une offre amicale à 20 dollars par action de son compatriote ON Semiconductor (-0,7%) présentée mi-novembre, a annoncé mardi soir avoir reçu une offre non-sollicitée révisée de la part de Party G.

Ce groupe, qui selon une source au fait du dossier correspond à China Resources Microelectronics, une division du conglomérat China Resources Holdings, a maintenu le prix de l'offre qu'il avait soumise au début du mois, à 21,70 dollars par action, mais a amélioré les conditions concernant les indemnités de rupture au cas où la transaction n'aboutirait pas.

(Abhiram Nandakumar; Myriam Rivet pour le service français, édité par Marc Angrand)