L'Etat islamique a son ministère des "prises de guerre"

lundi 28 décembre 2015 09h00
 

(Répète avec signatures, le reste sans changement)

par Jonathan Landay, Warren Strobel et Phil Stewart

WASHINGTON, 28 décembre (Reuters) - L'organisation Etat islamique a mis en place des "ministères" chargés de gérer ses "prises de guerre" et l'exploitation de ressources naturelles comme le pétrole, montre une nouvelle série de documents saisis par les forces spéciales américaines en mai dernier dans l'est de la Syrie.

Ces documents, que Reuters a pu en partie consulter, aident à comprendre comment ce qui n'était au départ qu'un groupuscule armé s'est transformé en une machine bureaucratique complexe capable de gérer différents revenus, du pétrole au pillage des antiquités, et contrôler la population des territoires sous sa coupe en Syrie et en Irak.

"C'est vraiment cela qui ressort. Le degré de bureaucratisation, d'organisation, les diwans, les comités", souligne Brett McGurk, l'envoyé spécial du président Barack Obama auprès de la coalition anti-EI.

Un diwan, l'équivalent d'un ministère, gère ainsi les "ressources naturelles", parmi lesquelles l'exploitation des antiquités, un autre les "prises de guerre" comme les esclaves.

"Plus que toute autre organisation djihadiste, l'Etat islamique veut cultiver l'image d'un Etat indépendant et d'un califat, ce qu'une organisation formelle, au-delà de son aspect pratique quand on contrôle autant de territoires et de grandes villes, permet de renforcer", analyse Aymenn al Tamimi, chercheur au Middle East Forum.

Selon Amos Hochstein, premier responsable du département d'Etat pour les affaires énergétiques, les documents soulignent la manière "méticuleuse" dont l'EI gère le secteur pétrolier et gazier, en se concentrant sur la saisie de données, même si cette activité n'est pas sophistiquée.

  Suite...