France-Hausse de 2,2% des encaissements des Urssaf en 2014

jeudi 24 décembre 2015 00h00
 

PARIS, 24 décembre (Reuters) - Les encaissements des Urssaf ont progressé de 2,2% l'an passé sous l'effet notamment d'une hausse de la masse salariale du secteur privé, sur laquelle ils sont en grande partie assis, selon les données publiées jeudi par l'Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale).

Les Urssaf ont encaissé l'an passé un total de 335,7 milliards d'euros, soit l'équivalent de 15,8% du produit intérieur brut de la France.

C'est 7,1 milliards de plus qu'en 2013, année où les recettes de la Sécurité sociale, en hausse de 3,9%, avaient bénéficié d'une série de hausses de cotisations.

Les sommes en provenance du secteur privé, qui représentent 71,9% de l'ensemble, ont augmenté pour leur part de 2,0% à 241,5 milliards en 2014.

L'essentiel de la hausse de l'an passé tient à la progression de la masse salariale du secteur privé, qui a été un peu plus forte qu'en 2013 (1,5% après 1,2%) et ce même si la croissance de l'économie française (0,2%) a été plus anémique qu'en 2013 (+0,7%) .

L'Acoss explique cette légère accélération par une moindre détérioration de l'emploi, même si son effet a été amoindri par un ralentissement des salaires.

Les encaissements ont également profité de hausses de taux de cotisations vieillesse.

Dans le même temps, les exonérations de cotisations sociales pour le secteur privé sont reparties à la hausse (+1%) après leur baisse de 7,6% en 2013 liée au rétablissement des charges pesant sur les heures supplémentaires.

Elles ont atteint 24,4 milliards d'euros, dont 19,9 milliards au titre des allègements sur les bas salaires (dispositif Fillon).

Le total des exonérations, tous secteurs confondus, restait sur cinq années de baisse avant le rebond de 2014, qui a porté leur montant à 26,2 milliards d'euros. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)