Le Japon veut investir davantage tout en contenant sa dette

mardi 22 décembre 2015 11h18
 

TOKYO, 22 décembre (Reuters) - Le gouvernement japonais prévoit pour le prochain exercice budgétaire des dépenses record destinées à consolider une économie toujours fragile, tout en s'engageant à contenir la dette dont le poids ne cesse d'augmenter, selon le projet de budget 2016-2017 qui doit être présenté cette semaine.

Le ministre des Finances Taro Aso, qui s'exprimait devant la presse après avoir présenté les grandes lignes du budget lors d'une réunion entre des représentants du gouvernement et du parti au pouvoir, s'est engagé mardi à aiguillonner la croissance et à poursuivre le redressement budgétaire au cours du prochain exercice, qui débutera en avril.

Au cours de cette période, les dépenses publiques de l'archipel s'élèveront à 96.700 milliards de yens (732 milliards d'euros) a déclaré Taro Aso, confirmant des chiffres évoqués par Reuters la semaine dernière.

Les recettes fiscales atteindront un plus haut de 25 ans, à 57.600 milliards de yens (438 milliards d'euros), portées par le retour des bénéfices pour les entreprises locales.

Ces hypothèses, fondées sur une croissance économique nominale de 3,1% et réelle de 1,7%, permettront au gouvernement de réduire ses émissions de dette de 2,4 milliards de yens par rapport à l'exercice en cours. Le total des émissions d'obligations pour l'exercice clos au 31 mars 2017 devrait ainsi être ramené à 34.400 milliards de yens.

Ce projet de budget illustre la volonté croissante du Premier ministre Shinzo Abe de ralentir la progression de la dette japonaise, la plus lourde observée dans les pays industrialisés, tout en tentant d'amorcer une reprise économique par le biais d'une série de mesures de relance.

"Ce budget est pertinent pour faire les premiers pas vers notre nouvelle politique budgétaire, qui vise à combiner relance économique et consolidation budgétaire", a déclaré Taro Aso.

Selon lui, le Japon se rapproche de l'objectif d'afficher un excédent primaire (hors nouvelles émissions et service de la dette) au cours de l'exercice budgétaire se terminant fin mars 2021.

"L'administration Abe a fait de son mieux pour chercher à atteindre à la fois la reprise économique et le redressement budgétaire", a déclaré le Premier ministre lors de la réunion, précisant que depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, les recettes fiscales ont augmenté de 15.000 milliards de yens tandis que les émissions d'obligations ont diminué de 10.000 milliards de yens.

Ce projet de budget devrait être entériné jeudi par le gouvernement, avant d'être examiné par le parlement en début d'année prochaine.

Selon le quotidien économique Nikkei, le gouvernement japonais devrait également annoncer cette semaine une révision en hausse des retombées sur l'économie locale du traité de libre-échange transpacifique (TPP), à 14.000 milliards de yens (environ 106 milliards d'euros). En mars 2013, l'augmentation du produit intérieur brut (PIB) consécutive à l'adoption de ce traité avait été évaluée à 3.200 milliards de yens. (Tetsushi Kajimoto et Kaori Kaneko; Myriam Rivet pour le service français, édité par Patrick Vignal)