BOURSE-Faurecia et Plastic Omnium bondissent après leur accord

mardi 15 décembre 2015 09h53
 

PARIS, 15 décembre (Reuters) - Les actions Faurecia et Plastic Omnium figurent mardi matin parmi les plus fortes hausses de l'indice SBF 120, soutenues par le protocole d'accord conclu la veille entre les deux équipementiers qui doit permettre à Plastic Omnium de racheter l'activité pare-chocs de Faurecia.

A 09h45, le titre Faurecia progresse de 8,42% à 35,79 euros et celui de Plastic Omnium de 4,97% à 26,505 euros dans des volumes déjà étoffés (respectivement 71% et 59% de leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext).

Au même instant, le SBF 120 gagne 1,7% dans des volumes équivalents à 11% de leur moyenne journalière habituelle.

Plastic Omnium a signé lundi un protocole d'accord avec Faurecia en vue de lui racheter son activité pare-chocs, sur la base d'une valeur d'entreprise de 665 millions d'euros.

"Le prix est plus élevé que ce que nous attendions, mais l'opération devrait être relutive pour Plastic Omnium", écrit dans un mémo Kepler Cheuvreux.

Cette opération doit également permettre à Plastic Omnium de gonfler de plus d'un tiers son chiffre d'affaires et d'accroître sa spécialisation dans les pièces extérieures de voitures.

Après cette annonce, Société générale a relevé son conseil sur Faurecia de "conserver" à "acheter".

"Les investisseurs devraient apprécier cette accélération du mouvement de désendettement, car elle devrait permettre à Faurecia de renforcer ses activités Sièges et ECT (Emissions Control Technologies, NDLR) ou potentiellement jouer un rôle de consolidateur dans les intérieurs", juge le courtier.

La société, qui a également annoncé la semaine dernière le remboursement anticipé d'obligations à option de conversion en actions nouvelles ou existantes (Océanes), n'exclut pas un mouvement stratégique vers la voiture connectée, a d'ailleurs déclaré son PDG dans un entretien aux Echos.

Faurecia enregistrera dès cette année un free cash-flow de 300 millions d'euros, a également dit Yann Delabrière aux Echos confirmant que son groupe atteindrait aussi au second semestre son objectif de 4,5% à 5% de marge opérationnelle, initialement prévu pour 2016. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)