Migrants-La Grèce favorable à une garde-côtes européenne

vendredi 11 décembre 2015 15h41
 

par Karolina Tagaris

ATHENES, 11 décembre (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a accueilli favorablement vendredi la proposition de créer une agence européenne chargée de la surveillance des frontières maritimes de l'Union, alors que son pays est confronté depuis plusieurs mois à un afflux massif de migrants.

Cette proposition a été avancée à l'origine par la France et l'Allemagne, inquiètes de l'incapacité de la Grèce à contrôler l'arrivée de centaines de milliers de migrants dans les îles de la mer Egée.

Reprenant cette idée, la Commission européenne propose qu'une future garde-côtes européenne puisse être déployée le long des frontières maritimes d'un Etat membre même si les autorités de ce pays ne l'ont pas demandé.

Actuellement, Frontex, l'agence chargée de la coordination de la surveillance aux frontières extérieures de l'UE, ne peut intervenir dans un pays sans y être invitée par le gouvernement concerné.

La Grèce et l'Italie, toutes deux en première ligne face au flot de réfugiés venant du Proche-Orient ou d'Afrique, ont été jusqu'ici très réservées, pour des questions de souveraineté nationale, sur un renforcement du contrôle des frontières par l'UE.

PAS DE PATROUILLES AVEC LA TURQUIE

L'accueil réservé par Alexis Tsipras à la proposition de garde-côtes européenne constitue donc une concession importante faite par la Grèce à Bruxelles et à Berlin.   Suite...