Niel pourrait demander plus d'influence au sein de Tel. Italia

mercredi 9 décembre 2015 19h41
 

MILAN, 9 décembre (Reuters) - Xavier Niel n'exclut pas de solliciter une représentation au conseil d'administration de Telecom Italia et pourrait demander à participer aux décisions touchant à la stratégie du groupe, montre un document qu'il a transmis aux autorités boursières américaines.

Le fondateur d'Iliad est potentiellement le deuxième actionnaire de l'opérateur italien puisqu'il dispose d'options d'achat acquises pour 225 millions d'euros susceptibles de lui octroyer un peu plus de 15% du capital.

Dans le document transmis à la Securities and Exchange Commission (SEC), Xavier Niel présente son investissement comme stratégique et dit qu'il pourrait faire des propositions à la direction ou à d'autres actionnaires concernant la composition du conseil d'administration et d'éventuelles transactions.

Vivendi détient 20,116% du capital de Telecom Italia, ce qui en fait le premier actionnaire du groupe, et souhaite se voir attribuer quatre sièges au conseil d'administration.

Xavier Niel était jusqu'à présent resté discret sur ses intentions dans le dossier Telecom Italia, se contentant d'assurer qu'il n'agissait pas de concert avec Vivendi.

Le document déposé à la SEC constitue donc l'indication la plus explicite à ce jour de sa volonté de jouer un rôle d'actionnaire actif.

Ne possédant que des options et non des actions, il ne pourra toutefois pas s'exprimer lors de l'assemblée générale convoquée par de Telecom Italia le 15 décembre.

Les actionnaires de l'ex-monopole devront alors se prononcer sur la requête de Vivendi -- à laquelle s'opposent des investisseurs institutionnels détenant 65% du capital -- ainsi que sur la conversion en actions ordinaires des six milliards d'actions d'épargne ou actions à dividende prioritaire (ADP) de l'opérateur.

(Valentina Za et Agnieszka Flak; Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Angrand)