Japon-La Bourse recommande une amende d'E55 mlns contre Toshiba

lundi 7 décembre 2015 08h58
 

TOKYO, 7 décembre (Reuters) - L'autorité de régulation boursière japonaise a recommandé lundi l'imposition d'une amende de 7,37 milliards de yens (55 millions d'euros) à l'encontre de Toshiba pour infraction aux règles comptables, confirmant ce que des sources avaient dit samedi à Reuters.

L'amende proposée par la Securities and Exchange Surveillance Commission (SESC) constitue un record pour ce type d'infraction, dépassant la somme de 1,6 milliard de yens payée en 2008 par le conglomérat IHI. La décision reviendra à l'Agence des services financiers.

Toshiba a reconnu en septembre avoir surévalué ses bénéfices de 155 milliards de yens sur une période d'environ sept ans.

Début novembre, le conglomérat industriel a dit avoir engagé des poursuites judiciaires contre cinq de ses anciens dirigeants, dont trois ex-directeurs généraux, auxquels il reproche des erreurs de gestion.

De leur côté, 50 actionnaires individuels de Toshiba ont porté plainte contre le groupe, lui réclamant 301,99 millions de yens de dommages après la chute de l'action qui a fait suite à la révélation du scandale comptable.

"Toshiba a falsifié ses comptes financiers et induit en erreur les investisseurs (...)", estiment les plaignants dans un document de justice.

Des avocats représentant ces plaignants ont dit que 40 autres actionnaires individuels s'apprêtaient à porter plainte contre Toshiba au cours du mois.

"Le nombre total de plaignants devrait au bout du compte atteindre environ 1.000", a dit l'un de ces avocats lors d'un point presse.

Un porte-parole de Toshiba s'est refusé à tout commentaire.

Le titre Toshiba a terminé à un niveau inchangé lundi à la Bourse de Tokyo, à 302,1 yens (-0,07%). A ce niveau, il accuse un repli de quelque 41% par rapport à son cours de début d'avril, qui correspond au moment où le groupe a ouvert une enquête sur ses comptes. (Taiga Uranaka et Makiko Yamazaki, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)