LEAD 1-La Buba confirme pour la croissance, réduit pour l'inflation

vendredi 4 décembre 2015 11h01
 

(Actualisé avec des précisions)

par Caroline Copley et Francesco Canepa

BERLIN, 4 décembre (Reuters) - La Bundesbank a maintenu vendredi ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016, la première économie européenne pouvant s'appuyer en particulier sur une forte demande intérieure, mais elle a réduit celles de l'inflation, évoquant la forte baisse des prix pétroliers.

Dans ses perspectives semestrielles, la banque centrale projette une croissance de 1,7% en 2015 et de 1,8% en 2016. Elle a revu en hausse sa prévision de 2017, à 1,7% contre 1,5%.

Quant à l'inflation, celle-ci n'atteindrait pas l'objectif défini par la Banque centrale européenne (BCE), soit un petit peu moins de 2%, avant 2017, alors que l'institut d'émission allemand estimait en juin que ce serait chose faite en 2016.

La Bundesbank anticipe une inflation mesurée par les prix de détail de 0,2% cette année, de 1,1% en 2016 et de 2,0% en 2017 contre 0,5%, 1,8% et 2,2% projetés en juin.

"L'ajustement de l'évolution prévisible des prix reflète essentiellement le nouveau fléchissement des cours pétroliers, qui n'avait pas été anticipé en juin", écrit la Bundesbank.

En revanche, l'optimisme de la banque centrale vis-à-vis de la croissance paraît confirmé par la statistique du jour, celle des commandes à l'industrie, dont la hausse a été plus forte que prévu en octobre grâce à une demande plus vigoureuse de la zone euro.

"Les moteurs ici sont une situation favorable du marché du travail et une forte croissance du revenu réel disponible des ménages, encore que le commerce extérieur souffre actuellement d'une demande fragile des économies des marchés émergents", explique le président de la Bundesbank Jens Weidmann dans un communiqué, à propos de la croissance.

Il ajoute qu'une reprise prévisible de marchés de première importance en dehors de la zone euro, ainsi qu'une plus forte croissance de la zone elle-même sont de bon augure pour l'économie allemande dans les deux années à venir. (Wilfrid Exbrayat pour le service français)