T. Italia-Vivendi défend sa demande d'être représenté au conseil

jeudi 3 décembre 2015 18h58
 

PARIS, 3 décembre (Reuters) - Vivendi défend sa volonté d'être représenté au conseil de Telecom Italia dans une lettre adressée à un groupement de fonds actionnaires de l'opérateur télécoms italien qui conteste sa requête portant sur la nomination de quatre nouveaux administrateurs.

Vivendi, qui a déboursé plus de trois milliards d'euros pour devenir le premier actionnaire de Telecom Italia, a soumis une résolution en vue de la prochaine assemblée générale de l'opérateur afin de porter le nombre de sièges d'administrateurs de 13 à 17 et de faire entrer au conseil trois de ses dirigeants et un consultant français.

Cette demande est contestée par un groupement de fonds italiens et étrangers actionnaires de l'ancien monopole italien qui ont adressé mi-novembre un courrier au président de Telecom Italia Giuseppe Recchi, à l'administrateur délégué Marco Patuano et à l'ensemble du conseil.

Deux influents cabinets de conseil aux actionnaires viennent par ailleurs de recommander aux investisseurs de voter contre la résolution proposée par Vivendi.

"Vivendi ne partage pas l'idée que les administrateurs dont la nomination est proposée conduiraient à une surreprésentation de son investissement", écrit le président du directoire de Vivendi Arnaud de Puyfontaine dans une lettre adressée à Assogestioni.

Vivendi y réaffirme à cette occasion être un investisseur de long terme dans Telecom Italia dont il dit partager la stratégie et la vision.

Le groupe de médias dirigé par Vincent Bolloré assure que sa requête ne constitue pas une remise en question du travail jusqu'ici effectué par le conseil et assure ne pas avoir l'intention d'exercer une influence exagérée sur le groupe. (Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot)